FLASH INFO :

Un tribunal turc refuse la garde d’un enfant en France, évoquant le « chaos » dans le pays

Une femme turque a perdu le procès pour la garde de son fils qu’elle voulait emmener en France après qu’un tribunal de la capitale Ankara a rejeté sa demande en raison de l’environnement « chaotique » en France.


La femme identifiée uniquement comme E.K. envisageait de s’installer en après avoir obtenu la garde partagée de son fils avec son ex-mari N.G.

Les parties ont porté l’affaire devant un tribunal de la à et E.K. a fait valoir que déménager en France aiderait à l’ de l’enfant. Le mari a soutenu que l’octroi de la garde à la mère nuirait à sa relation avec le garçon et qu’il aurait des problèmes dans un pays où il serait étranger.

Le juge Murat Demirelli s’est rangé du côté du mari et a décidé de maintenir la garde partagée en place. Il a déclaré dans son verdict que l’enfant aurait de multiples défis s’il déménageait en France, d’une différence de langue à l’obligation de « devoir vivre dans un humide » qui serait difficile pour le garçon qui souffre d’asthme.

Cependant, la partie la plus intéressante du verdict concernait les manifestations des «  ». « Les manifestations en cours des gilets jaunes perturbent la vie sociale, et il y a toujours des risques en France. Vivre dans un aussi chaotique affectera certainement l’enfant », a expliqué Demirelli. Il a également cité une « attitude négative et ultranationaliste » envers les Turcs et la comme un autre impact probable sur la vie de l’enfant en France.

Les manifestations anti-institutionnelles des « gilets jaunes » contre le gouvernement qui ont commencé il y a un an et demi ont largement diminué, mais les troubles persistent en France avec différents groupes qui descendent dans la rue presque tous les jours pour exprimer leurs griefs contre le gouvernement.

Que pensez-vous de cet article ?

71



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action