FLASH INFO :

Vers le renforcement des liens commerciaux avec les pays africains

TURQUIE / ÉCONOMIE - La Turquie veut augmenter le volume de son commerce avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, a déclaré le ministre de l’Economie Zeybekci, estimant qu’un accord de libre-échange serait une étape clé pour renforcer les liens commerciaux.


La cherche à amener les relations économiques avec le continent africain au plus haut niveau, tout en accordant la priorité à un principe gagnant-gagnant mutuel et équilibré.

Dans son discours d’ouverture du Forum économique et commercial Turquie- Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest () tenu à hier, le ministre turc de l’Economie, Nihat Zeybekci, a déclaré que le volume du commerce extérieur de la Turquie avec l’ensemble de la région africaine avait fortement augmenté, passant de 2-2,5 à 25 milliards de dollars. Soulignant que cela ne suffisait pas, Zeybekci a souligné qu’ils visaient à multiplier très bientôt ce chiffre par deux ou trois.

« Notre volume de commerce extérieur avec l’Afrique, en particulier en Afrique subsaharienne, a augmenté en conséquence, notre objectif est de rencontrer nos amis, en particulier en Afrique subsaharienne, de faire des affaires et d’établir une coopération avec eux comme amis », a déclaré M. Zeybekci.

Le ministre de l’Economie a déclaré qu’en raison de la situation géographique de la Turquie sur la côte méditerranéenne, le pays partage des racines et une géographie culturelle avec l’Afrique.

Zeybekci a rappelé que si la Turquie comptait 12 ambassades sur le continent africain en 2003, elle avait aujourd’hui des ambassades dans 41 pays africains et des sous-secrétariats du commerce extérieur dans 26 pays.

De même, il a souligné que (THY), qui auparavant voyageait vers seulement sept ou huit pays d’Afrique, desservait maintenant près de 50 destinations.

Cibler l’accord de libre-échange avec la CEDEAO

M. Zeybekci a déclaré que les relations avec la région de la CEDEAO sont bien en deçà de son potentiel, soulignant qu’un climat dans lequel les 15 pays membres de la CEDEAO peuvent librement faire du commerce est possible et que les relations peuvent également évoluer au niveau d’une union monétaire à l’avenir.

« Nous pouvons construire des ponts avec la CEDEAO en termes d’achats et de ventes », a déclaré Zeybekci. Expliquant qu’ils vont institutionnaliser les forums d’affaires entre la CEDEAO et la Turquie, Zeybekci a déclaré que leur objectif actuel était de mettre en vigueur un accord de libre-échange pleinement intégré entre la Turquie et la CEDEAO.

Le ministre a également souligné que les deux pays peuvent faire de grandes opportunités d’affaires ensemble. Il a dit qu’ils trouvaient le volume commercial d’environ 3 milliards de dollars avec la CEDEAO insuffisant et voyaient les opportunités comme un horizon très large sur une zone aussi vaste que le désert du .

Il a rappelé que le volume des échanges, qui se situait autrefois autour de 200 millions de dollars, a atteint plus de 2 milliards de dollars en 10 ans. Il a ajouté qu’ils visaient à augmenter le volume du commerce extérieur à environ 5 milliards de dollars à court terme et 10 milliards de dollars à moyen terme en privilégiant un principe gagnant-gagnant mutuel et équilibré. Le ministre de l’Economie a souligné que la seule manière d’atteindre cet objectif étant un accord de libre-échange qui prenne en compte les particularités de la CEDEAO.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action