FLASH INFO :

Vers un réchauffement des liens Turquie-UE : les dessous de la rencontre Erdoğan-Macron

TURQUIE / FRANCE - Lors de la visite officielle du président Erdoğan en France ce vendredi, plusieurs questions importantes seront abordées dont notamment les relations bilatérales entre la Turquie et la France et l’évolution des liens Turquie-UE. Par ailleurs, face à une médiatisation de plus en plus néfaste contre la Turquie, il est prévu que le dirigeant turc apporte les clarifications nécessaires au sujet des véritables motifs d’emprisonnement des journalistes en Turquie et la situation de la liberté de la presse dans le pays.

Par Tuğçe Ateş


Le président turc Recep Tayyip Erdoğan effectue aujourd’hui une visite en pour rencontrer son homologue français Emmanuel .

La France : le pays clé pour réconcilier Erdoğan avec l’UE ?

Des efforts d’ pour réchauffer les liens tendus entre l’Union européenne et la Turquie ont récemment fait la une.

La rencontre entre Macron et Erdoğan sera une première de haut niveau du président turc avec un leader européen, bien après la tension entre Ankara et plusieurs capitales européennes au sujet des mesures prises par la Turquie suite à la tentative de coup d’Etat ayant eu lieu le 2016 dans le pays.

La Turquie et l’UE se sont engagées dans une tension diplomatique depuis 2016, après que Bruxelles a vivement critiqué Ankara pour les arrestations dans le pays, liées au putsch manqué de juillet 2016. Le gouvernement turc a déclaré l’état d’urgence après le 15 juillet et a lancé une vaste opération contre les acteurs de cet acte sanglant. Depuis, plus de 55 000 personnes ont été arrêtées, dont des journalistes, des avocats, des universitaires et des politiciens soupçonné de trahison envers l’Etat.

Cependant, pour des raisons géostratégiques, l’ ne veut pas rompre avec la Turquie. La France est le bon choix pour réchauffer les liens entre Ankara et Bruxelles. En effet, de solides liens politiques, économiques et sociaux ont pu être établis entre la Turquie et la France lors des négociations d’adhésion avec l’UE en 2005 grâce au soutien du président français Jacques Chirac et du chancelier allemand Gerard Schroder. Cependant, au fil du temps, les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE n’ont pas beaucoup avancé en raison de l’opposition de plusieurs pays membres dont la France. Aujourd’hui elle fait partie des pays bloquant 4 chapitres des négociations d’adhésion entre la Turquie et l’UE.

La Turquie a récemment déclaré son souhait de reprendre des liens chaleureux avec l’Europe avec le soutien du président français qui a décidé de jouer un rôle dans le relâchement des liens tendus entre la Turquie et l’UE, selon Barçın Yinanç, journaliste du Hürriyet Daily News. Yinanç explique : « Macron lui-même s’est engagé à maintenir le dialogue entre l’UE et la Turquie, en comptant sur ses bonnes relations avec Erdoğan à un moment où d’autres dirigeants européens ont eu des problèmes avec le président turc ».

La guerre des : une clarification est prévue entre les dirigeants

Macron pourrait faire face à la critique potentielle de l’opinion publique nationale pour accueillir Erdoğan, de plus en plus impopulaire en Europe face à la médiatisation néfaste de ces dernières années. En fait, la critique de la répression du gouvernement turc contre les opposants, en particulier les journalistes, s’est transformée à des échanges permanents entre Ankara et dans le courant de l’année 2017. D’ailleurs , mercredi, Macron a exprimé son point de vue sur le « problème de la  » avant la visite d’Erdoğan. Le président français a déclaré qu’il soulèverait la question des journalistes emprisonnés en Turquie lors des pourparlers entre les deux dirigeants.

En réponse,İbrahim Kalin, porte-parole d’Erdoğan, a déclaré jeudi que les remarques de Macron sur le statut de la liberté de la presse en Turquie sont « basées sur le manque d’information », sinon sur des « préjugés ». Il a ajouté lors d’une conférence de presse que ceux qui essaient de jeter l’ombre sur la lutte contre le par la rhétorique sur la liberté d’expression devraient mieux comprendre les réalités de la Turquie en précisant que « le gouvernement turc combat trois organisations terroristes à l’heure actuelle.»

Selon Kalın, les Européens ne pouvaient pas non plus comprendre la menace terroriste qui pèse sur la Turquie en raison de « deux poids deux mesures ». Un échange entre Erdoğan et Macron pour prouver que les journalistes sont détenus pour cause de terrorisme et non d’activités journalistiques sera donc à l’ordre du jour, a noté le porte-parole.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action