FLASH INFO :

Vague raciste et islamophobe en Autriche : Fermeture de mosquées et expulsions d’imams turcs

TURQUIE / INTERNATIONAL - La décision du gouvernement autrichien de fermer sept mosquées et d’expulser jusqu’à 60 imams turcs a attiré la colère d’Ankara, qui a déclaré que c’était le résultat de la « vague populiste, islamophobe, raciste et discriminatoire » dans ce pays.


Le gouvernement de droite autrichien a annoncé vendredi qu’il fermait sept mosquées et projetait d’expulser les imams pour réprimer l’ politique et le financement étranger des groupes religieux.

Le chancelier a déclaré que le gouvernement ferme une nationaliste turque à Vienne et dissout un groupe appelé la communauté religieuse arabe qui gère six mosquées.

Les photos de la reconstitution de la bataille de Gallipoli, jouée par des enfants dans les locaux de la mosquée, ont été publiées au début du mois par l’hebdomadaire de centre gauche Falter et ont largement ému la classe politique autrichienne, toutes tendances confondues. Les clichés montraient les jeunes garçons en tenue de camouflage alignés en rang, faisant le salut militaire, et agitant des drapeaux turcs, devant un public d’enfants. Sur une autre photo, certains sont allongés pour figurer les victimes de la bataille, leur corps enroulé dans un drapeau turc.

Les actions du gouvernement sont basées sur une loi de 2015 qui, entre autres, empêche les communautés religieuses d’obtenir du financement de l’étranger. Le ministre de l’Intérieur, Herbert Kickl, a déclaré vendredi que les permis de résidence d’une soixantaine d’imams employés par l’ATIB (Austria Turkey Islamic Union), un groupe qui supervise les mosquées turques en , sont en cours de révision en raison des préoccupations concernant un tel financement.

« Le cercle des personnes potentiellement touchées par ces mesures – le groupe dont nous parlons – comprend une soixantaine d’imams », a ajouté M. Kickl, ajoutant que 150 personnes risquaient de perdre leur droit de résidence.

Kickl a déclaré que, dans deux cas, les titres de séjour ont déjà été révoqués. Cinq autres imams se sont vu refuser leur premier titre de séjour.

L’ATIB est une organisation indépendante mais reçoit des fonds et du personnel de la présidence turque des affaires religieuses (Diyanet).

L’ATIB elle-même a condamné les photos à l’époque, qualifiant l’événement de « très regrettable ».

Le porte-parole de la présidence turque, İbrahim Kalın, a sévèrement critiqué la décision par des messages Twitter vendredi : « La décision de l’Autriche de fermer sept mosquées et d’expulser des imams reflète la vague islamophobe, raciste et discriminatoire dans ce pays pour marquer des points politiques à bas prix. »

« Les pratiques idéologiquement chargées du gouvernement autrichien violent les principes juridiques universels, les politiques d’intégration sociale, les droits des minorités et l’éthique de la coexistence.Les efforts pour normaliser l’ et le racisme doivent être rejetés en toutes circonstances », a-t-il ajouté.

Kurz, qui dirige le Parti populaire de centre-droit, est devenu chancelier en décembre dans une avec le Parti de la liberté anti-migration et d’extrême droite.

En faisant campagne pour l’élection de l’année dernière, les deux partis de la coalition ont appelé à des contrôles plus stricts de l’immigration, à des déportations rapides des demandeurs d’asile dont les demandes sont refusées et à une répression de l’islam radical. Le gouvernement a récemment annoncé son intention d’interdire le port du foulard aux filles des écoles primaires et des jardins d’enfants, ajoutant ainsi aux restrictions existantes sur les voiles.

« Les sociétés parallèles, l’islam politique et les tendances à la radicalisation n’ont pas leur place dans notre pays », a déclaré M. Kurz aux journalistes à Vienne. Il a ajouté que les pouvoirs d’intervention du gouvernement «n’étaient pas suffisamment utilisés» dans le passé.

Les mesures de vendredi sont «un premier pas important et nécessaire dans la bonne direction», a déclaré le vice-chancelier Heinz-Christian Strache, le chef du parti de la liberté. « Si ces mesures ne suffisent pas, nous évaluerons si nécessaire la situation juridique ici ou là. »

Les relations de la avec l’Autriche ont longtemps été tendues, Kurz appelant l’Union européenne à rompre les négociations sur l’adhésion d’ à l’.

L’Autriche, pays de 8,8 millions d’habitants, compte environ 600 000 habitants musulmans, dont la plupart sont turcs ou ont des familles d’origine turque.

Que pensez-vous de cet article ?

41



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action