FLASH INFO :

UE : « Retirer le PKK de la liste des organisations terroristes est hors de question »

TURQUIE / UE - Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l’UE, a déclaré vendredi que le retrait de l’organisation terroriste PKK de la liste des organisations terroristes de l’UE n’était pas à l’ordre du jour.


« Le est sur la liste des organisations terroristes de l’ et ce n’est pas une question discutable », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse commune avec le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu.

Le rapport annuel du sur la Turquie publié jeudi indique qu’il « réitère sa ferme condamnation du retour à la violence de la part du PKK, qui figure depuis 2002 sur la liste des organisations terroristes de l’ ».

Toutefois, les députés Takis Hadjigeorgiou, Marie-Christine Vergiat, Miguel Urban Crespo, Martina Michels, Kostas Chrysogonos, Barbara Spinelli, Nikolaos Chountis, Helmut Scholz et Sofia Sakorafa ont demandé un amendement au rapport, appelant le Parlement européen à retirer le PKK. de la liste des organisations terroristes de l’UE. Cependant, cette demande de modification a été refusée par une majorité des membres du Parlement européen.

Au cours de ses 30 années de campagne terroriste contre la Turquie, le PKK a tué environ 40 000 personnes, dont des femmes et des enfants. Les sont sa branche syrienne.

Mogherini a ajouté que la coopération turco-européenne est vitale non seulement pour les mais également pour une solution en Syrie. et Bruxelles ont signé un accord en 2016 pour trouver une solution à l’afflux de réfugiés se dirigeant vers l’union. L’accord prévoit qu’en échange des efforts de la Turquie pour endiguer le flux de réfugiés en Europe, l’UE lui versera 6 milliards d’euros d’aide financière. L’accord envisage également d’accélérer les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne et de permettre aux Turcs de voyager sans visa dans l’Espace Schengen.

L’UE avait entièrement payé sa première tranche de 3 milliards d’euros pour 2016-2017 et avait promis de payer la deuxième tranche pour 2018-2019 d’ici la fin de cette année.

Bien que la Turquie ait pris sa part de responsabilité dans ce dossier, l’UE n’a pas respecté les termes de l’accord. L’UE retarde depuis deux ans la mise en œuvre des voyages sans visa pour les citoyens turcs. Dans le même temps, le Parlement européen a voté en faveur de la suspension du processus d’adhésion de la Turquie.

Avant les pourparlers de vendredi, la dernière réunion du conseil d’association entre la Turquie et l’UE a eu lieu en mai 2015. Le format a été établi en 1963 pour favoriser des liens plus étroits. La Turquie est candidate à l’adhésion à l’UE depuis près de 20 ans.

« Nous avons exprimé nos vives préoccupations quant à la situation concernant [l’Etat de droit] et les droits de l’homme en Turquie », a déclaré Mogherini.

« Nous sommes très conscients des traces laissées par la tentative de coup d’Etat en Turquie en 2016 et nous reconnaissons les (…) très graves problèmes de de la Turquie », a-t-elle ajouté.

« Mais nous constatons également que l’état d’urgence est derrière nous et nous espérons que toutes les mesures connexes feront désormais partie du passé », a déclaré à la presse le plus haut diplomate de l’UE.

Mogherini a notamment souligné les poursuites pénales engagées contre les personnes qui exercent leur droit à la liberté d’expression et les détentions sur la base de preuves insuffisantes.

« Le pouvoir judiciaire en Turquie est indépendant », a déclaré Çavuşoğlu, estimant que les propos de Mogherini étaient inacceptables.

La Turquie veut toujours adhérer à l’UE, a-t-il ajouté, plaidant pour la tenue d’un nouveau sommet UE-Turquie.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action