FLASH INFO :

Turquie : la valeur de la réserve de gaz naturel découvert en mer Noire s’élève à près de 65 milliards de dollars

TURQUIE / ÉNERGIES - La valeur économique de la réserve de gaz naturel récemment découverte dans la mer Noire s’élève à près de 65 milliards de dollars, a déclaré vendredi le ministre turc de l’énergie et des ressources naturelles.


La valeur économique de la réserve de gaz naturel récemment découverte dans la mer Noire s’élève à près de 65 milliards de dollars, a déclaré vendredi le ministre turc de l’ et des ressources naturelles.

Les déclarations de Dönmez sont intervenues après que la Turquie ait annoncé plus tôt sa plus grande découverte de gaz naturel jamais réalisée, une réserve de 320 milliards de mètres cubes dans la mer Noire, réserve qui, selon le président , ne serait qu’une partie de réserves encore plus importantes et qui pourrait entrer en service dès 2023.

« À l’échelle mondiale, les prix du gaz sont indexés sur le . La valeur économique de cette réserve de 320 milliards de mètres cubes de gaz naturel découverts dans la mer Noire se monte ainsi à près de 65 milliards de dollars, si on la regarde du point de vue des prix du gaz de ces 3 à 5 dernières années », a déclaré Dönmez à la chaîne publique TRT.

L’exploitation du champ de gaz naturel sera gérée par la société énergétique publique, la Turkish Petroleum Corporation (TPAO), a déclaré Dönmez.

« Très prochainement, nous effectuerons nous-mêmes des recherches sismiques et des forages. Les opérations seront entièrement gérées par la TPAO », a déclaré le ministre.

Dönmez a également déclaré qu’il pourrait y avoir un appel d’offres internationales pour la construction d’un pipeline afin d’amener le gaz naturel à la côte.

« La Turquie a fait la plus grande découverte de gaz naturel de son en mer Noire », a déclaré le président Erdoğan dans un discours télévisé très attendu à Istanbul, depuis un navire de forage dans l’ouest de la mer Noire.

La découverte du puits, étiqueté Tuna 1, dans le champ gazier de Sakarya, situé à environ 170 kilomètres au large des côtes de la mer Noire, est le résultat des efforts déterminés de la Turquie pour trouver des ressources nationales en hydrocarbures.

Le premier navire de forage pétrolier et gazier de Turquie, le Fatih, qui avait commencé à forer sur place le 20 juillet 2020, a découvert le puits après un mois de forage.

« Cette réserve fait en fait partie d’une réserve encore plus grande de ressources. Si Allah le veut, beaucoup plus viendra », a déclaré Erdoğan. « Il n’y aura pas d’arrêt tant que nous ne deviendrons pas un exportateur net d’énergie ».

« Nous supprimerons le déficit du compte courant de l’agenda de notre pays », a déclaré le ministre du Trésor et des Berat Albayrak, s’exprimant depuis le navire de forage Fatih.

« Cette découverte, même si nous ne trouvons aucune nouvelle source, répondra aux besoins de notre pays pendant environ 7 à 8 , mais bien sûr les explorations se poursuivront et peut-être que ce chiffre augmentera encore plus », a déclaré Dönmez, soulignant le fait que la consommation annuelle de gaz naturel de la Turquie était d’environ 45 à 50 milliards de mètres cubes.

La découverte de gaz est située dans des eaux de 2.100 mètres de profondeur, a expliqué Dönmez, avec des forages s’étendant encore 1.400 mètres sous le fond marin. « Nous descendrons encore de 1.000 mètres. Et les données montrent que nous y trouverons probablement aussi du gaz ».

La découverte devrait attirer l’attention des sociétés énergétiques internationales sur la mer Noire, ouvrant la voie aux futures découvertes de la Turquie.

La Turquie s’est efforcée d’augmenter la production nationale de gaz car le pays dépend à 99% des importations, via les pipelines, de gaz naturel liquéfié. La majorité des importations proviennent de Russie, tandis que l’Azerbaïdjan et l’Iran représentent également une part importante des importations totales de gaz.

La Turquie a importé 45,3 milliards de mètres cubes de gaz naturel l’an dernier, pour un coût d’environ 12 milliards de dollars. La facture totale des importations de gaz dépend fortement des prix du pétrole, et les contrats de gaz à long terme indexés sur le pétrole de la Turquie avec la Russie, l’Iran et l’Azerbaïdjan contribuent directement au déficit du commerce extérieur du pays.

La hausse des prix des importations de gaz a poussé le déficit du pays à des niveaux plus élevés que ce qui serait souhaitable, le pays étant totalement dépendant des importations de gaz naturel pour sa consommation.

La Turquie a payé plus de 20 milliards de dollars pour ses importations de gaz en 2014, alors que le prix du pétrole était d’environ 120 dollars le baril. La facture d’importation de gaz du pays a reculé à des niveaux compris entre 10 et 15 milliards de dollars les années suivantes.

On prévoit que 10 milliards de mètres cubes de gaz par an réduiront le déficit commercial du pays d’environ 3 milliards de dollars par an.

La réserve est près de 20 fois supérieure à la production totale de gaz domestique de la Turquie, qui a atteint 16,6 milliards de mètres cubes. La production annuelle de gaz de la Turquie était de 473,8 millions de mètres cubes en 2019 – une quantité produite à la fois par la Turkish Petroleum Company et d’autres sociétés nationales et internationales.

La découverte des 320 milliards de mètres cubes de réserves de gaz est intervenue après des recherches approfondies dans la zone menées par les navires sismiques Barbaros Hayrettin Paşa et Oruç Reis au cours des deux dernières années.

Le montant de l’investissement dans le champ gazier de Sakarya sera déterminé en fonction de la structure géologique de l’emplacement ainsi que du nombre de puits et de la à utiliser.

Par conséquent, il est difficile d’estimer le montant exact des investissements nécessaires, car la découverte pourrait faire partie d’un ensemble plus large de réserves dans la région.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action