FLASH INFO :

Turquie : la sortie d’un film turc sur Netflix suscite de vives réactions

TURQUIE / ART ET CULTURE - La sortie du dernier film de Yılmaz Erdoğan, « Organize İşler 2: Sazan Sarmalı », sur la plate-forme numérique internationale Netflix deux semaines après sa première apparition dans les cinémas turcs a suscité la colère des responsables de cinémas et du secteur cinématographique turc.


Le , sorti le 1er février en , a été diffusé sur le 15 février, deux semaines après sa sortie en salles. Mais cette décision a déplu à de nombreuses personnes qui ont dû payer pour voir le dans les cinémas et aux représentants du secteur.

Dans un communiqué, l’association des professionnels de la production cinématographique (FIYAB) a déclaré que le film sortait dans les salles de cinéma avec 1 400 copies et était devenu un blockbuster.

« Cette situation catastrophique signifie manipuler les cinéphiles bien intentionnés en détruisant la tradition selon laquelle les films rencontrent le public en premier dans les salles de cinéma. Cela empêche également les objectifs de la nouvelle loi sur le cinéma. Nous condamnons sévèrement ce stratagème qui ne sera jamais acceptable dans la vie commerciale et qui causera de graves dégâts dans le développement, l’avenir, le système de distribution et la gestion de notre cinéma et de l’ensemble du secteur cinématographique », a déclaré FİYAB.

Dans le communiqué, les producteurs du film «  » ont été invités à « cesser de manifester une telle attitude » et ont été avertis de « conséquences très dangereuses » pour le .

Une déclaration de la TESİYAP (Société de production de films de télévision et de cinéma) a indiqué que la projection simultanée d’un film de cinéma sur une plate-forme numérique causerait un préjudice irréparable à l’industrie cinématographique.

« La lutte pour la nouvelle loi sur le cinéma concerne l’avenir du cinéma turc. Le secteur du cinéma ne peut pas avoir d’avenir ni de liberté s’il n’a pas de revenus de billetterie et les exploitants de salles de cinéma ont des difficultés économiques. Cette nouvelle situation apparue le 15 février nous a surpris, à l’instar de l’ensemble du secteur. La seule chose que nous puissions dire, c’est qu’il ne s’agit pas d’une décision conjointe de TESİYAP, mais de la décision commerciale de notre membre du Centre Culturel Beşiktaş [BKM]. Notre société trouve cette décision erronée et la considère comme un très mauvais développement pour notre cinéma national », a déclaré le communiqué.

BKM défend la vente du film

Suite à ces réactions, la société du film BKM a également déclaré que le film continuait à être diffusé dans les salles de cinéma et sur Netflix.

La société a annoncé que le film serait distribué dans 190 pays, dont la Turquie, par le biais de Netflix.

« Nous sommes confiants que cet accord avec Netflix apportera le cinéma turc dans un meilleur niveau », a déclaré BKM.

« Nous sommes convaincus que notre décision de partager un avec des millions de téléspectateurs dans le monde entier ouvrira la voie au cinéma turc, qui lui permettra de rencontrer des auditeurs du monde entier, tout comme les séries télévisées turques et contribuera grandement à la promotion du cinéma turc. Cet accord avec Netflix n’est valable que pour ‘Organize İşler 2: Sazan Sarmalı’ et non pour d’autres films de BKM », a déclaré la société.

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action