FLASH INFO :

La Turquie se retire de la conférence sur la Libye en Italie avec « une profonde déception »

TURQUIE / INTERNATIONAL - La conférence de Palerme sur la Libye a subi un nouveau coup dur avec le départ précipité mardi de la Turquie, outrée d’avoir été exclue d’une réunion dans la matinée.


La s’est retirée d’une conférence organisée par l’Italie visant à aider la à rétablir la paix, a déclaré mardi le vice-président Fuat Oktay.

Le retrait turc est intervenu après que la délégation du pays a été exclue d’une réunion entre le maréchal Khalifa et plusieurs autres pays.

« La réunion informelle qui a eu lieu ce matin avec un certain nombre d’acteurs et leur présentation en tant que protagonistes éminents de la Méditerranée est une approche très trompeuse et dommageable à laquelle nous nous opposons avec véhémence », a déclaré Oktay.

« Toute réunion qui exclut la Turquie ne peut être que contre-productive pour la solution du problème », a indiqué un communiqué de M. Oktay, dont le pays joue pourtant un rôle clé dans la crise libyenne.

Selon Oktay, la délégation turque a quitté le sommet « avec une profonde déception ».

« La Libye ne peut pas être stabilisée tant que certains pays continuent à écraser le processus en fonction de leurs propres intérêts. La Libye a besoin de moins d’intervention étrangère, pas plus », a souligné le vice-président.

« Contrairement aux autres, nous sommes ouverts à un large dialogue avec tous les acteurs libyens et régionaux. Il est impossible pour ceux qui sont responsables de la situation difficile actuelle en Libye d’apporter une contribution positive à la reconstruction du pays. »

Les deux principaux dirigeants rivaux libyens – Haftar, qui domine la plus grande partie de l’est du pays, et le Premier ministre soutenu par les États-Unis, Fayez al-Serraj – se sont rencontrés pour la première fois en plus de cinq mois à Palerme, en Sicile.

Le gouvernement populiste italien a organisé cette conférence de deux jours dans l’espoir de progresser sur la voie de la levée de l’anarchie en Libye et de la promotion d’un cadre nord-américain en vue de la tenue d’élections.

Mais les attentes étaient limitées, le camp de Haftar indiquant clairement qu’il ne participait pas à la conférence lui-même mais rencontrait plutôt les dirigeants des pays voisins en marge.

 

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action