FLASH INFO :

La Turquie reste indifférente aux menaces de sanctions des Etats-Unis pour l’achat des S-400 russes

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Au milieu du récent accord entre Ankara et Washington pour renforcer le dialogue et réparer les obstacles diplomatiques, les États-Unis ont appelé la Turquie à reconsidérer sa décision d’acheter le système de défense russe S-400 en déclarant que le pays pourrait être sanctionné. Cependant, les responsables turcs ont écarté la possibilité de sanctions directes et ont rappelé les promesses non tenues des « alliés de la Turquie » sur la question des systèmes de défense.


Le quotidien Habertürk a rapporté qu’un responsable de Washington a déclaré à des journalistes américains: « Les comprennent que la Turquie veut renforcer sa aérienne, mais nous sommes préoccupés par l’achat éventuel de systèmes russes . Nous l’exprimons clairement. Cet achat pourrait avoir des impacts négatifs sur l’interopérabilité de l’OTAN et dans le cadre de la loi nouvellement votée au Congrès, il pourrait imposer des contre la Turquie ». Le responsable a également ajouté : « Nous voulons aider la Turquie à trouver une meilleure alternative pour répondre à ses besoins de défense aérienne ».

Les responsables turcs ont souligné que la Turquie avait exprimés à ses alliés de l’OTAN qu’elle souhaitait acheter des systèmes de défense, mais que ses besoins restaient insatisfaits, ce qui a poussé la Turquie à acheter le système russe S-400. Alors que les États-Unis critiquent le processus d’achat du système de défense S-400 par la Turquie, le secrétaire général de l’OTAN, M. Stoltenberg, a reconnu que la Turquie était confrontée à des menaces importantes pour sa sécurité nationale.

Comme une nouvelle loi a été adoptée aux États-Unis, qui incluait les sociétés russes vendant des systèmes S-400 dans la liste des sanctions, la question se pose maintenant de savoir si la Turquie sera ou non sanctionnée.

« Quand les Etats-Unis incluent la compagnie qui vend le système S-400 dans le cadre des sanctions, il est possible que la Turquie soit indirectement affectée par cela, mais ils ne peuvent imposer une sanction directe contre la Turquie », a déclaré Fikri Işık. par rapport à la question. La question de l’imposition de sanctions contre le système a également été soulevée lors des réunions du secrétaire d’Etat américain Rex à Ankara. Lors de la conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères Mevlüt , M. a déclaré que la question serait soigneusement évaluée et qu’un groupe d’experts y travaillerait. a souligné que la décision a été prise contre la Russie et ne vise pas à nuire aux alliés des États-Unis.

Commentant la question, Çavuşoğlu a déclaré que « la Turquie a un besoin urgent d’un système de défense aérienne, nous voulons acheter de nos alliés mais nous n’avons pas réussi ». Il a souligné que la Turquie devait rechercher d’autres solutions pour répondre à ses besoins et a ajouté que la Turquie n’avait aucun problème avec ses alliés. Çavuşoğlu a déclaré que les membres de la commission travaillant sur la question doivent bien comprendre la situation. En décembre, la Turquie a officiellement signé un accord de 2,5 milliards de dollars avec la Russie pour le S-400, le antiaérien le plus avancé de Russie.

Visant à répondre à ses besoins croissants en matière de défense, la Turquie a décidé d’acheter le système de défense antimissile S-400 de Russie. La Turquie sera le premier pays membre de l’OTAN à acquérir le système.

De plus, la Turquie cherche à construire ses propres systèmes de défense antimissile car l’accord implique également le transfert de et de savoir-faire. Le système S-400, qui a été introduit en 2007, est la nouvelle génération de systèmes de russes, et jusqu’à présent, la Russie ne les a vendus qu’à la et à l’.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action