FLASH INFO :

Turquie : une «police des animaux» chargée d’éradiquer les crimes contre les animaux

TURQUIE / CAUSE ANIMALE - Un comité parlementaire sur les droits des animaux a proposé de mettre en place une «police des animaux» chargée de lutter contre les crimes contre les animaux, alors que la Turquie cherche à assurer leur bien-être face à des attaques récurrentes visant des chiens et des chats errants


Au milieu des préoccupations relatives au bien-être des alors que de plus en plus de crimes contre eux font la une des journaux, un comité parlementaire sur les droits des s’interroge sur la création d’un service de police spécialisé dans ces crimes.

Mustafa Yel, président du comité, a déclaré qu’ils proposeraient au gouvernement de fonder ce qu’il a appelé la « police des animaux » afin de réagir rapidement face aux crimes contre les animaux, ainsi que d’autres mesures visant à protéger les animaux et leurs droits.

Une augmentation apparente des cas de torture, d’abus et de mise à mort d’animaux, en particulier sur des chiens et des chats, a suscité un tollé général dans le pays, qui se targue de traiter de manière exemplaire les animaux errants depuis des siècles.

Le comité parlementaire, créé l’année dernière, discute actuellement de mesures visant à mieux protéger les animaux et à prévenir de futurs cas de torture et de meurtres. S’adressant à l’agence Anadolu à propos du travail du comité, Yel a déclaré que le public attendait beaucoup du bien-être des animaux et qu’il s’efforçait d’y répondre. Il a déclaré qu’ils envisageaient d’améliorer les réglementations en vigueur sur les droits des animaux et de créer de nouvelles mesures afin de présenter un projet de loi sur la question à la présidence du Parlement.

À l’heure actuelle, les lois archaïques définissent les animaux comme des marchandises et tout crime à leur encontre est puni d’une amende. Yel dit que cela devrait être changé pour que les crimes puissent être punis de peines d’emprisonnement. Le comité proposera au moins trois ans d’emprisonnement pour de tels crimes. Il proposera également d’inclure des cours sur les droits des animaux dans les programmes scolaires.

« Les municipalités ont visiblement échoué dans le traitement des affaires concernant les animaux. Il existe des lacunes dans la manière d’intervenir dans les crimes contre les animaux. Nous demanderons la formation d’une police des animaux pour réagir rapidement face aux crimes contre les animaux », a déclaré Yel. « Nous croyons en une religion dont le Prophète (saw) a été jusqu’à changer le parcours d’une armée afin de ne pas piétiner une chienne qui allaitait ses petits. Nous devons faire attention aux droits des animaux d’une manière qui corresponde à notre et à notre  », a déclaré Yel.

Le comité préparera un sur la question d’ici octobre, après avoir discuté avec tous les acteurs du droit des animaux du gouvernement les activistes, les universités, les propriétaires d’ateliers d’animaux domestiques ainsi que les victimes d’attaques animales.

Yel a déclaré que le nombre d’animaux errants semblait poser problème, soulignant la naissance d’environ 500.000 animaux errants chaque année, et une stérilisation de 200.000 animaux par an seulement. Il a ajouté que cette population disproportionnée aggravait les problèmes d’abris surchargés d’animaux errants. « Il y a une augmentation incontrôlée de la population d’animaux errants, et une idée commune est de ne pas les confiner dans des abris et de ne leur fournir que des logements temporaires. Le comité est d’accord avec cela. Les animaux errants devraient être réhabilités dans les abris avant qu’ils ne le soient relâché dans les rues », a-t-il déclaré.

Les abris, pour leur part, se débattent avec une série de problèmes. Yel dit que seules 234 municipalités gèrent des abris pour animaux sur 1.398 municipalités et qu’elles manquent de personnel. « Une solution peut consister à avoir des volontaires dans les refuges. Le gouvernement peut également augmenter le financement des travaux de réhabilitation et de stérilisation dans les refuges », a déclaré Yel. Le gouvernement a fourni une aide de 31 millions de turques aux autorités locales de pour la de la rue entre 2009 et 2018.

Un certain nombre d’incidents sont apparus ces dernières années qui ont terni l’image de la Turquie en tant que refuge pour les animaux errants, que l’on peut voir librement errer dans les villes, se regroupant dans des magasins pour se tenir au chaud en hiver. L’empoisonnement massif d’animaux à Ankara et la découverte de carcasses de chiens et de chats dans des décharges après leur assassinat dans d’autres villes ont provoqué l’indignation des médias sociaux. Il s’agissait apparemment de tentatives visant à réduire le nombre d’animaux errants, alors que des publications en ligne faisant suite à une série d’attaques de chiens auraient aggravé les attaques visant les animaux.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action