FLASH INFO :

Turquie : Plus de 10 millions d’électeurs attendus aux élections municipales à Istanbul

TURQUIE / POLITIQUE - Le scrutin a commencé ce dimanche matin à l’occasion des élections municipales à Istanbul, réorganisées pour la seconde fois suite à des irrégularités constatées lors du précédent vote du 31 mars.


Le scrutin a commencé ce dimanche matin à l’occasion des à , réorganisées pour la seconde fois suite à des irrégularités constatées lors du précédent vote du 31 mars.

Le vote a débuté à 8h00 heure locale (17h00 GMT) et se poursuivra jusqu’à 17h00 heure locale (14h00 GMT), dans 31.342 urnes réparties dans les 39 districts d’Istanbul.

Le ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu, et son épouse, Hamide Soylu, étaient parmi les premiers votants, au collège Dobruca, dans le district de Gaziosmanpaşa à Istanbul, peu après l’ouverture des bureaux de vote.

Ekrem Imamoğlu, candidat du Parti populaire républicain () de l’opposition, et , du Parti de la justice et du développement (parti ) au pouvoir, se disputeront la direction de la municipalité de la ville la plus peuplée de , annulée auparavant par le plus grand conseil électoral du pays le mois dernier.

Le 31 mars, des millions d’électeurs turcs avaient voté lors des élections locales dans l’ensemble du pays afin d’élire les maires, les membres du conseil municipal, les mukhtars (responsables de quartier) et les membres des conseils des anciens pour les cinq prochaines années.

Le 31 mars, le taux de participation était de 83,88%, soit six points de moins que lors des précédentes élections locales, datant du 30 mars 2014.

À Istanbul, Imamoğlu avait reçu 48,8% des voix, alors que Yıldırım avait obtenu 48,55%, selon les chiffres officiels du Conseil électoral suprême ().

Le parti AK avait remporté 24 municipalités de district à travers la province, contre 14 pour le CHP.

Les résultats de mars avaient été annulés après que le parti AK et son partenaire, le Parti du mouvement nationaliste (MHP), aient fait appel à l’YSK, invoquant des irrégularités, entraînant l’annulation du certificat de maire d’Imamoğlu.

Le chef de l’YSK, Sadi Güven, a déclaré que tous les électeurs éligibles ayant voté lors du scrutin du 31 mars seraient en mesure de le faire à nouveau lors de ce deuxième vote. Toutefois, 44.852 électeurs ont été retirés des listes électorales pour cause de condamnation, de service militaire ou de décès.

L’YSK a annoncé que le nombre total d’électeurs serait de 10.560.963 pour les élections du 23 juin.

Lors des élections du 31 mars, les électeurs avaient du choisir parmi 32 candidats, dont 24 indépendants, sur le bulletin de vote.

Cette fois, il n’y aura que 21 candidats, y compris des candidats du parti AK, du parti CHP, du parti Felicity (Saadet) et du parti patriotique (Vatan), ainsi que 17 candidats indépendants.

Pourquoi refaire les élections?

L’YSK s’est prononcée en faveur d’un nouveau scrutin, avec sept voix pour et quatre contre.

Quelques 30.281 bulletins de vote dans 108 urnes avaient été déclarés nuls en raison de feuilles de dépouillement non signées ou absentes, avait déclaré le Conseil électoral suprême (YSK) du pays dans un communiqué.

En outre, des greffiers du scrutin qui n’étaient pas des fonctionnaires ont servi dans 754 centres de vote lors des élections municipales du 31 mars à Istanbul.

Le conseil avait alors déclaré que cette pratique était sans précédent et avait influencé la différence de résultat entre l’alliance au pouvoir et celle de l’opposition – jusqu’à 13.729 bulletins de vote – soulevant des questions sur la validité des résultats.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action