FLASH INFO :

Turquie : La pistache ne sera pas utilisée dans les baklavas pendant le Ramadan en raison des prix élevés

TURQUIE / SOCIÉTÉ - Le traditionnel baklava faisant partie des desserts turcs les plus appréciés ne sera pas produit à la pistache pendant le Ramadan cette année en raison des prix élevés des pistaches, ont déclaré le chef de l’Association des producteurs de baklava et de desserts (BAKTAD) le 12 mai.


« Le , que l’on peut acheter aux agriculteurs pour 60 turques par kilogramme, est de 120 par les grossistes avant le . Le prix de la pistache devrait être d’environ 70 . Un tel prix prohibitif n’est ni moral ni légal, nous avons donc décidé de ne pas vendre du à la pistache pendant le Ramadan afin de contrer les grossistes et les commerçants du marché noir. Au lieu de pistaches, nous utiliserons des noix, des noisettes et des amandes dans le pendant le Ramadan », a déclaré Mehmet Yıldırım, directeur de l’Association des producteurs de baklava et de desserts (BAKTAD).

Les producteurs de baklava ont récemment décidé de boycotter un certain nombre de grossistes, dont certains ont augmenté le prix de la pistache à 201 livres par kilogramme.

« Ni les fabricants, ni les producteurs de baklava, ni les consommateurs ne bénéficient de cette situation. Si une solution n’est pas trouvée, de nombreux producteurs de baklava feront faillite et le baklava, qui est l’une de nos valeurs nationales, deviendra une ancienne . De nombreuses entreprises opérant dans notre secteur ont annoncé qu’elles soutiendraient cette décision. Cette semaine, nous rendrons visite au ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de l’Elevage, Ahmet Eşref Fakibaba, pour lui demander son soutien », a déclaré Yıldırım.

« En raison de l’absence de mécanismes de surveillance et de déterminisme dans le secteur, les revendeurs du marché noir exploitent cet écart et nuisent au marché. Dans cette situation de prix exagérés, les producteurs de cacahuètes, les producteurs de baklava et d’autres personnes qui vendent des pistaches en tant que produit final sont ceux qui subissent le plus les inconvénients », a-t-il ajouté.

Yıldırım a déclaré que de nouvelles réglementations fiscales devraient être mises en œuvre pour ouvrir la voie aux importations afin d’éviter des prix incontrôlés dans le secteur.

« Afin d’assurer une tarification rationnelle, le marché boursier et toutes les institutions liées doivent prendre davantage d’initiatives. Nous demandons l’aide de notre gouvernement pour identifier et punir ceux qui sont engagés dans la concurrence déloyale, les activités non enregistrées et l’activité sur le marché noir  », a-t-il ajouté.

Yıldırım a affirmé que le profit injuste des commerçants noirs depuis le début de 2017 est de 4,3 millions de livres.

« Aujourd’hui, nous produisons 100 100 tonnes de baklava par jour. Un total de 50 000 travailleurs de la fabrication et vendeurs sont impliqués dans le secteur. Les exportations s’élevaient à 20 millions de livres en 2017. Un secteur aussi important ne devrait pas être laissé entre les mains de quelques figures du marché noir », a-t-il déclaré.

Le baklava, dont l’origine est contestée entre la et la , est préparé avec des pistaches fraîches ou des noix et un glaçage au brillant sur le dessus de la pâte feuilletée.

C’est un favori traditionnel pendant le mois sacré du Ramadan, qui doit commencer le 15 mai et se poursuivre jusqu’au 14 juin.

Que pensez-vous de cet article ?

21


NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action