FLASH INFO :

La Turquie est opposée à toute forme d’intervention étrangère au Venezuela

INTERNATIONAL - « Nous sommes contre toute intervention étrangère recourant à des moyens non démocratiques, notamment des tentatives de coup d’Etat et en imposant des sanctions unilatérales pour remplacer les gouvernements légitimes », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Çavuşoğlu


« La Turquie est opposée aux interventions étrangères, notamment à la tentative de coup d’État au Venezuela », a déclaré lundi le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu.

S’exprimant au sujet de la position de la Turquie sur la crise vénézuélienne lors d’une table ronde organisée dans la capitale mexicaine, Çavuşoğlu a déclaré: « Nous sommes contre toute intervention étrangère recourant à des moyens non démocratiques, notamment des tentatives de coup d’Etat et en imposant des sanctions unilatérales pour remplacer les gouvernements légitimes ».

La table ronde a été organisée à Mexico par le groupe de réflexion COMEXI, au cours de laquelle le diplomate turc a rencontré son homologue mexicain, Marcelo Ebrard, et le président du Sénat, Marti Batres Guadarrama.

Soulignant l’importance de la souveraineté et de la non-intervention dans les affaires intérieures, il a déclaré: « Nous sommes préoccupés par les tentatives visant à saper l’ordre constitutionnel et la souveraineté du Venezuela. Ces tentatives menacent non seulement la stabilité, la paix et la sécurité du Venezuela, mais créent également un précédent dangereux et mettent toute la région en danger ».

« Une catastrophe au Venezuela aurait des conséquences « extrêmement graves » pour toute la région », a-t-il noté.

Des manifestations ont secoué le Venezuela depuis janvier, lorsque le président Nicolas Maduro avait été investi pour un second mandat à la suite d’un vote boycotté par l’opposition.

La tension s’est accrue lorsque Juan s’est déclaré président par intérim quelques jours plus tard, initiative soutenue par les États-Unis et de nombreux pays d’ et d’Amérique latine.

La Russie, la Turquie, la , l’Iran, la Bolivie et le Mexique ont, eux, pesé de tout leur poids derrière Maduro.

Le terrorisme en tant que menace mondiale

Décrivant le terrorisme comme une menace mondiale et un ennemi de l’humanité, M. Çavuşoğlu a déclaré: « La Turquie a toujours souligné que nous ne pouvons vaincre le terrorisme que par la coopération internationale et avec une approche sincère et globale ».

« Le terrorisme est toujours un crime contre l’humanité, qu’il soit commis par qui que ce soit et pour quelque raison que ce soit », a-t-il noté.

« Par conséquent, il ne peut y avoir de distinction entre les bons et les mauvais terroristes », a-t-il déclaré, ajoutant que la présence de Daesh, du , des unités de protection du peuple (YPG) et du groupe terroriste güleniste (FETÖ), entre autres, constituait un risque sérieux pour la paix et la stabilité partout dans le monde.

« La Turquie a été le seul pays de la contre Daech à mettre ses troupes en danger par le biais d’une confrontation directe avec des terroristes de Daech ».

Au cours de ses plus de 30 ans de campagne terroriste contre la Turquie, le PKK – considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne – a été responsable de la mort de près de 40 000 personnes, dont des femmes et des enfants.

Les YPG constituent l’aile militaire du Parti de l’Union démocratique (), filiale syrienne de l’organisation terroriste PKK.

Le groupe FETÖ et son dirigeant américain Fetullah Gülen ont orchestré le coup d’État avorté du 15 juillet 2016, faisant 251 martyrs et près de 2 200 blessés.

Ankara accuse également FETÖ d’être derrière une longue campagne visant à renverser l’État par le biais d’infiltration d’institutions turques, en particulier de l’armée, de la police et du système judiciaire.

Le rôle de la Turquie dans la diplomatie

S’agissant du rôle de la Turquie dans la diplomatie humanitaire, il a souligné que, selon le rapport entre l’ officielle et le revenu national, la Turquie était le donateur le plus généreux.

« La Turquie est le plus grand pays hôte avec 4,2 millions d’habitants  », a-t-il déclaré.

Soulignant l’importance de développer des liens avec toutes les régions du monde, il a déclaré: « La portée des relations diplomatiques turques, qui constitue le cinquième réseau diplomatique du monde, s’est considérablement développée, totalisant actuellement 242 missions ».

Rencontre des ministres des Affaires étrangères turc et mexicain

Çavuşoğlu a rencontré Ebrard lors d’une réunion de travail plus tard lundi, où il a confirmé que le dialogue politique entre les deux pays était à « un excellent niveau », a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les relations bilatérales entre la Turquie et le Mexique dépassent 90 ans, ont souligné les ministres, rappelant que les nations faisaient partie d’un cadre de coopération stratégique et de partenariat.

Avec la signature du « Cadre de coopération stratégique et de partenariat pour le 21e siècle » le 17 décembre 2013, la Turquie et le Mexique ont inauguré une nouvelle ère dans leurs relations bilatérales en renforçant leurs relations au niveau d’un partenariat stratégique.

Les hauts diplomates ont également souligné l’importance de maintenir un dialogue constructif, étroit et actif pour renforcer et développer leur programme.

Les ministres ont convenus d’encourager les organismes gouvernementaux et les secteurs commerciaux compétents à intensifier leurs efforts afin d’accroître et de diversifier les flux d’échanges et d’investissement, afin de renforcer les relations économiques entre les pays.

Çavuşoğlu a déclaré qu’Ankara et Mexico avaient une coopération étroite aux Nations Unies, au G20, à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et à la MIKTA (Mexique, Indonésie, République de Corée, Turquie et Australie) et que le volume des échanges atteignait 1,2 milliard de dollars, chiffre qui a quintuplé au cours des 15 dernières années.

Il a ajouté que les relations entre les deux parties se renforceraient davantage avec les vols directs de Turkish Airlines, qui devaient débuter en août.

Cela contribuera aux relations dans les domaines du tourisme, du commerce et des investissements, ont déclaré les ministres.

Les deux hommes ont également souligné qu’il importait de contribuer aux efforts visant à trouver des solutions constructives aux graves problèmes mondiaux tels que les migrations, le développement, les changements climatiques, le terrorisme, la lutte contre le crime organisé et les droits de l’homme.

Les relations diplomatiques entre la Turquie et le Mexique ont été établies dans le passé par l’Accord d’amitié, signé à Rome le 25 mai 1927 et mis en œuvre le 12 juillet 1928, selon le ministère des Affaires étrangères turc.

Que pensez-vous de cet article ?

3



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action