FLASH INFO :

La Turquie ne permettra pas que la création de la zone de sécurité syrienne soit retardée, selon Çavuşoğlu

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a déclaré jeudi que la Turquie ne permettrait pas que le processus de la zone de sécurité sur lequel la Turquie travaille avec les Etats-Unis soit retardé et subisse le même sort que l’accord concernant la ville syrienne de Manbij.


Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt , a déclaré jeudi que la ne permettrait pas que le processus de la zone de sécurité sur lequel la travaille avec les soit retardé et subisse le même sort que l’accord concernant la ville syrienne de .

La de Manbij était à l’origine un accord conclu entre les alliés de l’OTAN l’année dernière, dictant le retrait complet des terroristes des de la ville.

La Turquie et les États-Unis ont convenu mercredi d’établir un Centre d’opérations conjointes en Turquie afin de coordonner et de gérer une zone de sécurité prévue dans le nord-est de la Syrie, décision qui semblait réduire les chances d’une action militaire imminente de la Turquie.

Depuis 2016, la Turquie a mené deux opérations militaires majeures dans le nord-ouest de la Syrie – les opérations Bouclier de l’Euphrate et Rameau d’Olivier – afin de purger la région de groupes terroristes, notamment du YPG, branche syrienne du groupe terroriste .

La Turquie avait depuis longtemps averti d’une éventuelle offensive dans les zones tenues par les YPG à l’est de l’Euphrate. Cependant, en décembre dernier, le gouvernement a décidé de reporter l’opération, peu de temps après que le président américain Donald ait décidé que Washington, principal soutien du groupe terroriste, retirerait ses troupes de Syrie.

La décision de retrait a été rapidement interprétée comme une intention de mettre fin au soutien des États-Unis au YPG, que la Turquie considère comme une organisation terroriste. Cependant, face à la montée des allusions au maintien du soutien du pays à l’organisation terroriste et aux déclarations contradictoires des responsables sur le processus de retrait, des responsables d’ et de Washington discutent de la création d’une zone de sécurité de 32 km de profondeur, afin de rassurer la Turquie concernant sa sécurité. Cependant, aucune action n’a été concrètement entreprise concernant cette question.

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action