FLASH INFO :

Turquie : Le mystère du cratère géant d’Elazığ

NATURE EN TURQUIE - Des scientifiques turcs lanceront prochainement des travaux pour analyser un cratère vraisemblablement formé à la suite de la chute d’un météore dans une zone rurale de la province d’Elazığ, dans l’est de la Turquie.


Des scientifiques turcs lanceront prochainement des travaux pour analyser un cratère vraisemblablement formé à la suite de la chute d’un météore dans une zone rurale de la province d’Elazığ, dans l’est de la .

Situé dans le quartier Şenpınar du district d’Ağın, le cratère mesure 500 mètres de circonférence et 50 mètres de profondeur.

Surnommé « Kup » par la population locale, le cratère a attiré l’attention des visiteurs.

Le gouverneur de district, Fatih Cıdıroğlu, a déclaré à l’agence Anadolu que Kup était devenu un site touristique, de nombreuses personnes visitant le lac Keban Dam, le fort Hastek et d’anciennes tombes rupestres venant également voir le cratère.

M. Cıdıroğlu a déclaré que les responsables demanderaient à des experts de déterminer comment le cratère avait été formé.

Ahmet Emin Erben, chef du village de Senpınar, a déclaré que le cratère était unique dans la région et a déclaré que les gens voulaient savoir comment il s’était formé.

Le maire d’Ağın, Ali Uslu, lui, a déclaré que le cratère était là depuis aussi longtemps qu’il s’en souvienne.

« Alors que certains de nos arrière-grands-parents avaient qualifié Kup de cratère météorique, d’autres ont prétendu que c’était un gouffre », a déclaré Uslu, ajoutant que le mystère de Kup contribuait à sa gloire.

Le nombre de cavités, dans le centre de la Turquie, a considérablement augmenté ces dernières années, en raison de l’utilisation excessive des eaux souterraines pour l’irrigation.

Situé sur l’Euphrate, le barrage de Keban a été construit en 1974 et constitue la troisième plus grande centrale hydroélectrique du pays.

Saim Bozkurt, un habitant de la localité, a déclaré à l’agence de presse Ihlas que Kup était plus profond quand il était plus jeune.

« Lors de la construction du barrage de Keban, certains responsables étaient venus ici et avaient percé pour voir s’il y avait de l’eau, mais il n’y en avait pas », a déclaré Bozkurt.

Que pensez-vous de cet article ?

221



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action