FLASH INFO :

Turquie : Un médicament contre le COVID-19 fabriqué localement obtient le feu vert

DOSSIER / CORONAVIRUS - La Turquie a autorisé la vente d’un médicament produit par une entreprise locale pour être utilisé dans le traitement contre le COVID-19. Le directeur des communications présidentielles de la Turquie, Fahrettin Altun, a annoncé la nouvelle sur Twitter, bien qu’il n’ait pas nommé l’entreprise ou le médicament.


Plusieurs entreprises ont déjà travaillé sur la création d’un médicament fabriqué localement. L’une de ces sociétés, Koçak Farma, a également annoncé avoir reçu la semaine dernière un permis du ministère de la Santé pour produire un médicament générique.

La nouvelle survient au milieu des avertissements d’une nouvelle vague de cas en l’absence d’un . Zeliha Koçak Tufan, membre du groupe de travail du ministère de la Santé sur le Coronavirus, a affirmé que la et d’autres pays pourraient faire face à une nouvelle vague de patients l’année prochaine également si aucun n’est développé.

L’État turc et des sociétés privées se sont mobilisés pour développer des médicaments et des vaccins contre le . Le pays a, par ailleurs, fait d’énormes investissements dans des mesures pour renforcer la lutte contre la .

Le principal organisme scientifique de Turquie, le Conseil de recherche scientifique et technologique de Turquie (TÜBİTAK), a ainsi investi 2,3 milliards de TL (300 millions de dollars) dans le développement de 16 vaccins et autres projets de médecine au cours des cinq dernières années. Les recherches du groupe contre le coronavirus sont coordonnés par le biais de la «Plateforme COVID-19 Turquie», qui comprend 225 chercheurs de 25 universités, huit organismes de recherche publics et huit entreprises privées.

Koçak Farma a déclaré vendredi avoir développé un médicament générique contenant du sulfate d’hydroxychloroquine, que les médecins utilisent pour traiter les symptômes liés au COVID-19.

Le responsable de la société, Cem Koçak, a déclaré à l’agence Anadolu qu’ils avaient décidé de réduire leur dépendance aux médicaments à base d’hydroxychlore étrangers, actuellement fournis par une société pharmaceutique basée à l’étranger.

Un autre médicament, appelé TR-C19, a été développé par l’ des sciences de la santé d’ et par la VSY Biotechnology, une entreprise ayant des bureaux à , en Europe et en Inde.

Cevdet Erdöl, de l’Université des Sciences de la Santé, a déclaré que les chercheurs avaient réussi à neutraliser le coronavirus précédemment isolé dans les laboratoires, et que des essais à échelle humaine étaient actuellement en cours. S’adressant à l’agence Anadolu la semaine dernière, Erdöl a déclaré qu’ils attendaient actuellement les autorisations nécessaires du ministère de la Santé.

Tufan a déclaré dimanche à l’Agence de presse Demirören que l’immunité collective était nécessaire contre le , et que cela ne serait possible qu’avec une infection de 75% de la population.

« Nous avons assisté à une résurgence de la pandémie de 1918 en 1919, et de la pandémie de 1957 en 1958. Un an après les  premières vagues de pandémie, les personnes non infectées à l’origine et sans immunité ont été victimes. Ainsi, s’il n’y a pas de vaccin, il est possible que nous assistions à un nombre élevé de patients l’année prochaine », a-t-elle averti.

Le bilan quotidien des décès dus aux coronavirus en Turquie était de 50 samedi, avec un nombre de cas confirmés dans la journée tombant à 1.546, tandis que 3.084 personnes se sont rétablies, a annoncé le ministre de la Santé Fahrettin .

Tweetant la dernière mise à jour sur la pandémie, Koca a déclaré que les cas quotidiens confirmés avaient atteint les 1.546, portant le nombre total de cas à 137.115. Le nombre total de patients guéris est passé à 3.084, portant le nombre total à 89.480.

Le nombre de tests effectués en Turquie pour le coronavirus a atteint 1.334.411. Les derniers chiffres montrent qu’il y avait 1.168 patients infectés en soins intensifs, tandis que 628 patients restaient intubés. Au cours des dernières 24 heures, 35.605 tests supplémentaires ont été effectués.

Zeliha Koçak Tufan a déclaré que la crise n’était pas encore terminée. Commentant le processus de normalisation à mesure que les cas diminuaient, elle a déclaré que l’assouplissement des restrictions ne devrait jamais être compris comme un retour à la vie d’avant la pandémie. « La Turquie a maîtrisé la pandémie et se porte bien. Mais tout ira bien tant que nous respecterons la distanciation sociale et continuerons à porter des . Si nous négligeons ces mesures auto-imposées, nous pourrions voir apparaître de nouveaux cas« , a-t-elle déclaré.

Que pensez-vous de cet article ?

91



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action