FLASH INFO :

La Turquie et l’Italie espèrent une trêve « durable » en Libye

TURQUIE / INTERNATIONAL - Les discussions entre les parties belligérantes de la Libye à Moscou, soutenues par des responsables turcs et russes, se déroulent de manière positive, a déclaré le président Tayyip Erdoğan le 13 janvier, ajoutant qu’Ankara s’efforçait de faire en sorte que la trêve devienne permanente.


La Turquie et l’Italie travaillent ensemble pour un permanent entre les parties combattantes de la Libye, a déclaré le président turc le 13 janvier.

« Je souhaite bientôt signer un accord de cessez-le-feu en Libye. Nous jugeons les efforts de l’Italie importants. Nous avons fait des efforts pour que le cessez-le-feu soit durable », a déclaré Recep Tayyip Erdoğan lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre italien Giuseppe au complexe présidentiel d’.

« Je viens d’être informé que les négociations [à Moscou] se poursuivent dans une direction positive », a-t-il ajouté.

Il a également déclaré que les deux pays seront au Processus de Berlin pour trouver une solution durable à la crise libyenne.

« Nous avons été impliqués, en particulier avec la Turquie, dans la Conférence de Berlin sous les auspices des Nations Unies pour une solution », a déclaré Conte.

Il a également déclaré que l’Italie s’opposerait à tout acte de conditionnement et à toute intervention contre la souveraineté de la Libye.

« Nous avons également examiné la situation en Syrie et en . Le problème du bloque le monde entier. Cela affecte sérieusement la stabilité. Ce que nous devons faire, c’est intensifier les efforts diplomatiques », a ajouté Conte.

Les dirigeants rivaux de la Libye tiennent des pourparlers de paix à Moscou le 13 janvier avec la et la Turquie exhortant les rivaux à signer une trêve contraignante pour mettre fin à une guerre de neuf mois et ouvrir la voie à un règlement qui stabiliserait le pays nord-africain.

La médiation russo-turque, qui rassemble les dirigeants libyens pour la première fois depuis près d’un an, est la dernière tentative pour mettre fin au chaos qui a englouti le pays producteur de pétrole depuis le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011.

Khalifa , commandant de la faction de l’Armée nationale libyenne (ANL) basée à l’Est qui a tenté de conquérir la capitale Tripoli, et Fayez al-Sarraj, qui dirige le gouvernement rival basé à Tripoli, reconnu par la communauté internationale, étaient tous les deux à Moscou, ont déclaré des diplomates russes.

Les deux hommes se sont rencontrés pour la dernière fois à Abou Dabi en février de l’année dernière avant la rupture des pourparlers sur un accord de partage du pouvoir et Haftar a déplacé ses troupes à Tripoli en avril, étendant son contrôle au-delà de l’est et du sud.

Les pourparlers de Moscou ont lieu avant un sommet à Berlin le 19 janvier qui devrait réunir les soutiens étrangers des deux camps libyens.

La Turquie soutient le rival de Haftar, Fayez al-Sarraj, tandis que des mercenaires russes ont été déployés aux côtés des forces de l’ANL de Haftar, qui sont également soutenues par les Émirats arabes unis, l’Égypte et la Jordanie.

La guerre de Tripoli a saccagé l’économie libyenne et risque de perturber la production de pétrole et de déclencher des flux de migrants africains tentant d’atteindre l’Europe par bateaux avec l’aide de passeurs exploitant le chaos.

Que pensez-vous de cet article ?

3



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action