FLASH INFO :

Turquie : Erdoğan accuse les États-Unis de soutenir le groupe terrroiste PKK

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Le 15 février, le président Recep Tayyip Erdoğan a accusé les États-Unis de se ranger du côté des « terroristes » après le meurtre de 13 citoyens par le groupe terroriste PKK dans le nord de l’Irak, ajoutant que la déclaration de condamnation américaine était une « blague ».


S’adressant aux membres de son parti dans la province de Rize dans la région de la mer Noire, Erdoğan a déclaré : “Il y a maintenant une déclaration des Etats-Unis. C’est une blague. N’étiez-vous pas censés vous opposer au PKK, aux YPG ? Vous les soutenez clairement”.

« Le sang de ces innocents (13 Turcs exécutés) est sur les mains de tous ceux qui soutiennent et sympathisent avec l’organisation terroriste” », a-t-il dit, notant que l’attaque n’était « pas le premier massacre » de civils par le PKK.

Il a appelé le nouveau président américain Joe Biden à « mieux comprendre » le PKK. Erdoğan a noté que Biden devrait également en savoir plus sur Fetullah Gülen, qui était à l’origine de la tentative de coup d’État de 2016 en Turquie.

Le département d’État américain a publié une déclaration sur l’incident, affirmant que les Etats-Unis étaient aux côtés de son alliée de l’OTAN, la Turquie, et offraient ses condoléances aux familles de ceux qui ont perdu la vie dans le nord de l’Irak.

« Les États-Unis déplorent la mort de citoyens turcs […] Nous soutenons notre allié de l’OTAN, la Turquie, et présentons nos condoléances aux familles des personnes ayant perdu la vie lors des récents combats. Si les informations sur la mort de civils turcs aux mains du PKK, une organisation classée terroriste, se confirment, nous condamnons ces actions dans les termes les plus forts », a-t-il déclaré.

Erdoğan a déclaré que les alliés de la Turquie au sein de l’OTAN devraient choisir leur camp. « Après cela, il y a deux options. Soit agissez avec la Turquie sans si ni mais, sans poser de questions, ou elle sera partenaire de chaque meurtre et effusion de sang », a-t-il insisté.

« L’organisation terroriste qui est à notre porte et à nos frontières tue des innocents », a ajouté Erdoğan.

Les commentaires d’Erdoğan sont intervenus après la découverte des corps de 13 citoyens turcs, dont des soldats et des policiers turcs, lors de l’opération antiterroriste de la Turquie dans le nord de l’Irak, selon les commentaires du ministre turc de la Défense Hulusi Akar le 14 février.

La Turquie a tué 42 terroristes dans des cachettes et des grottes pendant la première phase de l’opération Griffes-Aigle 2 dans le nord de l’Irak, a précisé le président.

Il a noté qu’Ankara avait élaboré des plans pour sauver ces citoyens abandonnés, qui, selon lui, avaient été enlevés il y a cinq à six ans, au cours des cinq derniers mois.

« Ces frères ont été capturés entre les mains de terroristes. Nous avions toujours réfléchi à la manière dont nous allions les sauver. Nous avons tout essayé. Nous voulions sauver ces frères et sœurs la nuit de ces opérations », a déclaré Erdoğan.

À la suite de l’exécution des 13 citoyens turcs par le PKK dans le nord de l’Irak, personne ne peut critiquer ni s’opposer aux opérations transfrontalières de la Turquie, a déclaré Erdoğan.

« Désormais, personne, ou aucune organisation, ne peut remettre en question, critiquer ou s’opposer aux opérations de la Turquie en Irak et en Syrie », a-t-il souligné.

Pendant ce temps, le ministre de la Défense Hulusi Akar et le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu informeront le Parlement le 16 février de l’exécution par le PKK de citoyens turcs dans le nord de l’Irak.

Les forces turques ont lancé l’opération Griffes-Aigle 2 le 10 février pour empêcher le PKK et d’autres groupes terroristes de rétablir les positions utilisées pour mener des attaques terroristes transfrontalières contre la Turquie.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX