FLASH INFO :

Turquie : « La déclaration des Etats-Unis sur les forages en Méditerranée orientale est détachée de la réalité »

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Ankara a déclaré lundi que la déclaration des Etats-Unis demandant à la Turquie de reconsidérer sa décision de commencer les opérations de forage en mer à Chypre était « détachée de la réalité ».


Dans une déclaration, le ministère des Affaires étrangères a déclaré que l’appel lancé à la par les comme s’il existait un accord de délimitation valable concernant un espace pour lequel les Chypriotes-grecs revendiquent des droits, est une approche qui n’est ni constructive ni conforme au droit .

Morgan Ortagus, porte-parole du département américain des Affaires étrangères, a déclaré dimanche dans un communiqué : « Les États-Unis sont profondément préoccupés par les intentions annoncées par la Turquie de commencer des opérations de en mer dans une zone revendiquée par la République de Chypre comme zone économique exclusive ».

Ortagus a qualifié le mouvement de « provocateur » et a déclaré que cela risquait de créer des tensions dans la région.

« Nous exhortons les autorités turques à mettre fin à ces opérations et à encourager toutes les parties à faire preuve de retenue », a-t-il ajouté.

La Turquie a depuis longtemps rendu publiques ses actions dans la Méditerranée orientale à la communauté intentionnelle et aux Nations unies, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères.

Le ministère a souligné qu’un accord équitable en vertu du droit international sur l’utilisation du plateau continental entourant l’île de Chypre par toutes les parties concernées n’avait pas encore été conclu.

Jusqu’à ce qu’un tel accord soit finalisé, les tentatives de tierces parties d’usurper le rôle des tribunaux internationaux dans la détermination des frontières maritimes sont « inacceptables », ajoute le communiqué.

Les navires turcs de forage et sismiques continueront d’explorer les zones autorisées du plateau continental turc dans le cadre des licences accordées à Turkish Petroleum (TP) par le gouvernement turc en 2009 et 2012, a annoncé le ministère.

Tant que les Chypriotes grecs excluront les Chypriotes turcs du processus décisionnel relatif aux en hydrocarbures, les Chypriotes turcs continueront de protéger leurs propres droits, conclut le communiqué.

Le premier navire de forage turc Fatih a commencé vendredi à forer son deuxième puits en Méditerranée orientale et poursuivra ses activités jusqu’au 3 septembre. Le navire de forage a été expédié vendredi matin du port sud d’ avec trois navires de soutien et une frégate vers sa zone économique exclusive à l’ouest de l’île de Chypre.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré samedi que la Turquie maintenait toujours son engagement envers le droit international lors des explorations dans la région, en réponse à une déclaration du chef de la étrangère de l’ sur les activités de forage d’hydrocarbures prévues par la Turquie dans la Méditerranée orientale.

Dans une déclaration écrite publiée samedi, le ministère des Affaires étrangères a rejeté les propos de la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, appelant la Turquie à réexaminer les projets de forage exploratoire de gisements de pétrole et de gaz au large de l’île de Chypre conformément à ses droits légaux découlant du droit international.

En outre, le ministère des Affaires étrangères a noté que l’administration chypriote grecque menaçait de manière irresponsable la sécurité et la stabilité en Méditerranée orientale en méconnaissant les droits des Chypriotes turcs et en refusant la coopération malgré les avertissements de la Turquie.

Le ministère a également déclaré que l’UE, qui n’a pas pris de mesures concrètes pour résoudre le problème, n’a aucun droit de dire quoi que ce soit à la Turquie. La Turquie s’est toujours opposée aux activités de forage unilatérales menées par l’Administration chypriote grecque dans la Méditerranée orientale, au cours desquelles elle a chargé des sociétés énergétiques américaines, françaises et italiennes telles qu’Exxon, Total et ENI.

L’île est divisée depuis 1974, lorsqu’un coup d’Etat des Chypriotes grecs a été suivi de violences contre les Turcs de l’île et de l’intervention d’ en tant que puissance garante.

Les négociations sur Chypre ont repris après le plan Annan de 2004 visant à réunifier les communautés chypriote turque et chypriote grecque, appuyé par le gouvernement des États-Unis. Le statut de l’île n’a toujours pas été résolu, en dépit d’une série de discussions qui ont repris en mai 2015. Il y a eu un processus de paix intermittent ces dernières années. La dernière initiative en date ayant échoué a eu lieu à Crans-Montana (Suisse) sous les auspices des pays garants, la Turquie, la et le Royaume-Uni.

Que pensez-vous de cet article ?

211


NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action