FLASH INFO :

La Turquie critique la position de l’UE sur la situation en Méditerranée orientale

TURQUIE / UE - Le ministère turc des Affaires étrangères a critiqué une déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères de l’UE sur la question des différends en Méditerranée orientale et a appelé l’UE à prendre en considération le droit international ainsi que les droits et intérêts légitimes de la Turquie.


Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hami Aksoy a déclaré le 16 mai dans un communiqué : « La déclaration des ministres des Affaires étrangères de l’ sur la situation en constitue le dernier exemple d’un discours répétitif et stérile qui ne sert à rien ».

Cette attitude reste indifférente aux véritables initiatives de la , a précisé le porte-parole, notant qu’il s’agit d’un sous-produit des « revendications injustes et illégales de la et de l’administration chypriote grecque [GCA] et qu’elle n’a aucune chance de contribuer à la paix et à la stabilité régionales ».

« Il est révélateur que la solidarité, dont l’Union européenne n’a pas su faire preuve pendant la lutte contre le , soit maintenant rendue inconditionnelle lorsqu’il s’agit des chypriotes grecs en question », a souligné Aksoy.

« Ce que l’Union européenne doit faire, au lieu d’agir aveuglément comme le porte-parole de la Grèce et de l’ACG sous prétexte de solidarité, c’est procéder avec bon sens tout en tenant compte du droit , ainsi que des droits et intérêts légitimes de la Turquie et de la République turque de du Nord », a-t-il ajouté.

« Nous réitérons, comme toujours, notre volonté de dialogue sur une base équitable », a indiqué le communiqué.

La semaine dernière, les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont tenu une réunion par vidéoconférence et publié une déclaration qui exhortait la Turquie à « respecter la juridiction maritime et la souveraineté des pays de l’UE dans les eaux territoriales ».

À la suite de la dernière décision de la Turquie d’envoyer un navire de dans le cadre d’une nouvelle opération de dans la zone économique exclusive de Chypre, l’UE a rappelé et réaffirmé sa position clairement définie par les précédentes conclusions du Conseil européen, notamment celles de juin 2019 et octobre 2019 sur les activités jugées d’« illégales » de la Turquie en Méditerranée orientale, ont déclaré les ministres de l’UE.

« Conformément aux précédentes conclusions du Conseil, l’UE est pleinement solidaire de Chypre et réaffirme que des mesures concrètes doivent être prises pour créer un propice au dialogue. Les questions liées à la délimitation des zones économiques exclusives et du plateau continental devraient être traitées par le dialogue et la négociation de bonne foi, dans le plein respect du droit international et dans le respect du principe des relations de bon voisinage. À cet égard, nous nous félicitons une fois de plus de l’invitation du gouvernement de Chypre à la Turquie de négocier de bonne foi la délimitation maritime entre leurs côtes concernées », a indiqué le communiqué.

Pendant ce temps, le Premier ministre de la République turque de Chypre du Nord (RTCN) a critiqué le 16 mai la déclaration de l’UE exhortant la Turquie à « respecter la juridiction maritime et la souveraineté des pays de l’UE dans les eaux territoriales ».

« C’est une violation de la loi et un manque de vision. L’UE adopte toujours une attitude chypriote pro-grecque et ignore les droits des Chypriotes turcs et de la Turquie en Méditerranée orientale », a déclaré le Premier ministre Ersin Tatar.

Il a souligné que la RTCN et la Turquie utilisent leurs droits internationaux pour explorer les hydrocarbures en Méditerranée orientale, ce qui est contraire aux affirmations de l’UE et de la Chypre grecque.
 

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action