FLASH INFO :

Turquie : Les candidats à la mairie d’Istanbul s’affrontent lors d’un débat en direct

TURQUIE / POLITIQUE - Les deux principaux candidats à la mairie d’Istanbul ont participé dimanche à un débat télévisé une semaine avant une série de scrutins dans la mégapole turque, qui compte environ 16 millions de personnes.


Les deux principaux candidats à la mairie d’ ont participé dimanche à un débat télévisé une semaine avant une série de scrutins dans la mégapole turque, qui compte environ 16 millions de personnes.

Le débat entre le candidat de l’Alliance populaire et le candidat de l’Alliance nationale Ekrem Imamoğlu au Centre des congrès Lütfi Kırdar d’Istanbul, a commencé sous la supervision du journaliste et présentateur de télévision Ismail Küçükkaya.

Küçükkaya a ouvert le débat en demandant à chaque candidat de faire le point sur ce qui s’était passé lors des élections du 31 mars et sur les raisons ayant motivé la décision de procéder à une nouvelle élection.

Yıldırım a insisté sur le fait qu’une nouvelle élection n’avait pas été l’option préférée du parti AK, le CHP n’ayant pas accepté ses suggestions pour un recomptage complet du vote.

« Notre préférence n’était pas de renouveler cette élection. Nous avons essayé d’éviter cela mais le CHP ne nous a pas aidés. Ils ont refusé notre demande de recomptage complet et ont rejeté cette décision. Nous avons donc dû recommencer l’élection », a-t-il déclaré, ajoutant que les « votes volés » nécessitaient cette nouvelle élection.

« Si mon vote avait été comptabilisé pour le Parti populaire républicain (PPC) ou un autre candidat, il s’agirait alors d’un vol. Il n’y a aucune explication à cela », a-t-il ajouté.

Imamoğlu a farouchement réfuté l’affirmation de son opposant selon laquelle des votes avaient été volés, demandant qui avait volé l’élection du 31 mars, dans laquelle il avait brièvement été nommé maire avant que l’autorité électorale turque n’inverse les résultats des irrégularités et des illégalités.

« Vos paroles s’adressent-elles aux responsables du scrutin du parti AK, au parti IYI, au MHP ou au CHP? Ou aux responsables des comités de vote? », a-t-il demandé.

« La nouvelle élection représente un combat pour la démocratie, ce n’est pas seulement une élection locale », a déclaré Imamoğlu.

S’exprimant sur la tentative d’Imamoğlu de copier des données de la municipalité métropolitaine d’Istanbul au cours de son bref mandat, M. Yıldırım a déclaré: « Ce travail de copie de données est une tactique du (groupe terroriste güleniste). l’a déjà fait dans son  », se référant au groupe derrière la tentative de coup d’Etat de 2016 en .

M. Yıldırım a souligné que trois experts extérieurs à la municipalité avaient également été nommés concernant le processus de copie des données. »C’est une chose désastreuse en soi », a-t-il ajouté.

En réponse, Imamoğlu a déclaré qu’un maire devrait pouvoir effectuer n’importe quel travail ou examen concernant la gouvernance de sa ville. Il a également déclaré que le processus ne posait aucun risque pour la sécurité.

A propos de la situation concernant les plus de 500.000 réfugiés syriens vivant à Istanbul, M. Imamoğlu a déclaré: « Nous allons créer une unité spéciale chargée de traiter la crise des réfugiés syriens à Istanbul. Nous organiserons un recensement de la population de réfugiés, en particulier les enfants ».

Répondant à la même question, Yıldırım a répondu: « Les Syriens résidant en Turquie sont sous protection temporaire. A terme, ils rentreront chez eux. Près de 500.000 personnes sont déjà retournées dans des zones libérées des terroristes par la Turquie et d’autres partiront après le nettoyage de la zone située à l’est de l’Euphrate ».

Il a également déclaré que les Syriens vivant à Istanbul qui troubleraient la paix ou se livreraient à des activités illégales seraient appréhendés.

En ce qui concerne les espaces verts à Istanbul, Yıldırım a déclaré qu’il créerait 20 « corridors verts » et les intégrerait aux forêts du nord d’Istanbul et aux « jardins publics » prévus, ce qui dynamiserait considérablement les espaces verts de la ville.

Concernant les et la circulation à Istanbul, M. Yıldırım a déclaré: « Nous ajouterons 50 km de systèmes de chaque année, ce qui épargnera aux Stanbouliotes 30 minutes supplémentaires de temps de trajet ».

Imamoğlu a répondu en déclarant: « Pour réduire la circulation et améliorer les transports, nous travaillerons avec tous les acteurs sur les routes, y compris les conducteurs de taxis, de minibus et de véhicules de service – et développer le transport maritime ».

M. Yıldırım a également déclaré que son administration fournirait 10 Go d’Internet gratuit aux jeunes, en plus de rendre gratuite l’entrée aux musées, théâtres et installations sportives de la municipalité.

Yıldırım et Imamoğlu se disputent à nouveau le siège de maire d’Istanbul après que le Conseil suprême des élections () ait ordonné la réorganisation des scrutins du 31 mars à Istanbul.

Les résultats du vote avaient été annulés après que le parti AK, parti au pouvoir, et le parti du Mouvement nationaliste aient fait appel au conseil, invoquant des irrégularités et des violations de la loi électorale.

Les deux candidats ont conclu la soirée en prenant une photo avec les membres de leur et Küçükkaya pour montrer leur unité.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action