FLASH INFO :

Turquie : Une bombe du PKK tue un garçon de 8 ans et sa soeur de 4 ans à Tunceli

TURQUIE / LUTTE CONTRE LE TERRORISME - Un garçon de 8 ans a été tué ainsi que sa sœur de 4 ans, décédée des suites de blessures graves après qu’un engin explosif placé par des terroristes du PKK ait explosé lundi dans la province de Tunceli, dans l’est de la Turquie.


Un garçon de 8 ans a été tué ainsi que sa sœur de 4 ans, décédée des suites de blessures graves après qu’un engin explosif placé par des terroristes du ait explosé lundi dans la province de Tunceli, dans l’est de la .

Ayaz Güloğlu et sa sœur cadette Bahar Güloğlu se promenaient lundi vers midi dans le village de Bilge, dans le district rural d’Ovacık, lorsque la bombe a explosé, tuant Ayaz sur le coup, tandis que sa sœur était grièvement blessée.

Des équipes médicales et des équipes de gendarmerie ont été dépêchées sur les lieux de l’. Un de sauvetage a amené Bahar Güloğlu à un de la province voisine d’Elazığ, où elle a succombé à ses blessures peu de temps après.

Les forces de sécurité ont ouvert une enquête sur l’explosion meurtrière.

Plus tôt lundi, un engin piégé par le PKK a tué un ouvrier du bâtiment et en a blessé deux autres dans la province du sud-est de Şırnak.

Au cours de ses plus de 30 ans de campagne terroriste contre la Turquie, le PKK – considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’ – a tué, blessé et rendu invalides des centaines d’enfants lors de ses attaques terroristes aveugles.

En août, Mustafa Bedirhan Karakaya, âgé de 11 mois, et sa mère Nurcan Karakaya ont été tués dans un attentat à la bombe au bord de la route par l’organisation terroriste du PKK dans la province de Hakkari, dans le sud-est de la Turquie.

En plus d’avoir tué des femmes et des enfants lors d’attaques terroristes, les dirigeants du PKK sont accusés d’abuser sexuellement et de violer des femmes et des enfants qu’ils dupent pour les inciter à se rendre dans leurs camps d’entraînement.

Des organisations internationales telles que les Nations Unies et Human Rights Watch ont également informé à plusieurs reprises que le PKK et son affilié syrien, les Unités de protection du peuple (), enlevaient et contraignaient des centaines d’enfants à se battre dans leurs rangs.

Certains enfants sont enlevés de leur , d’autres subissent un lavage de cerveau et rejoignent eux-mêmes ces organisations. Quels que soient leurs motifs, les enfants sont finalement confrontés à une situation dans laquelle soit ils tuent, soit ils sont tués.

Que pensez-vous de cet article ?

3



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action