FLASH INFO :

La Turquie arrête la femme du chef de Daech al-Bagdadi

TURQUIE / LUTTE CONTRE LE TERRORISME - La Turquie a arrêté la femme du chef terroriste assassiné Abou Bakr al-Baghdadi en Syrie, a annoncé mercredi le président Recep Tayyip Erdoğan.


Parlant d’un raid militaire américain qui a entraîné la mort d’Al Baghdadi le mois dernier, Erdoğan a déclaré que Washington avait immédiatement lancé une campagne dans les médias sur le succès de l’opération.

« Nous avons arrêté sa femme (al-Baghdadi), mais nous n’avons pas fait toute une . De même, nous avons arrêté sa sœur et son beau-frère en Syrie. Nous poursuivrons notre travail à cet égard », a déclaré Erdoğan lors d’une cérémonie marquant le 70e anniversaire de la fondation de la faculté de théologie de l’ d’Ankara au congrès national de Beştepe et au centre culturel du complexe présidentiel.

Plus tard mercredi, le ministre de la Défense, Hukusi Akar, a déclaré que la Turquie partagerait davantage d’informations sur le cas de la femme du chef de al-Baghdadi.

Plus tôt cette semaine, des responsables ont déclaré que les forces de sécurité turques avaient arrêté la sœur aînée d’Al Baghdadi, son mari, sa belle-fille et cinq enfants. Rasmiya Awad, 65 , a été arrêtée lundi lors d’un raid sur un conteneur dans lequel elle vivait avec sa famille près de la ville d’Azaz, dans le nord de la Syrie, dans la province d’Alep. La région fait partie de la région administrée par la Turquie à la suite de l’opération Bouclier de l’Euphrate lancée contre les terroristes de Daech et des Unités de protection du peuple (YPG) liées au PKK en août 2016.

Un ressortissant irakien de Samarra, al-Baghdadi s’est suicidé après s’être fait exploser grâce à une ceinture d’explosifs dans un tunnel, à Idlib, ont annoncé des responsables le 27 octobre. Daech, dans une cassette audio mise en ligne jeudi, a confirmé que son chef était mort et a juré de se venger des Etats-Unis.

Sous sa direction, le groupe terroriste a pris le contrôle de vastes étendues de terres en et en Syrie et a mené des attaques meurtrières à l’intérieur des deux pays et à l’étranger.

Al-Baghdadi avait été une cible privilégiée des administrations et Obama.

Daech a déclaré qu’un successeur à al-Baghdadi, identifié comme Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi, avait été nommé. Un haut responsable américain a déclaré la semaine dernière que Washington examinait le nouveau chef pour déterminer d’où il venait.

Le président a ensuite critiqué les terroristes qui exploitent la religion pour mener leurs activités.

« Une analyse minutieuse de ceux qui exploitent l’Islam pour mener des activités terroristes montrera qu’ils sont en réalité des ennemis de l’Islam », a-t-il déclaré.

Décrivant les terroristes comme des personnes qui versent sans distinction le sang de personnes innocentes pour leurs idéologies déviantes, Erdoğan a déclaré que les vrais musulmans ne peuvent être des terroristes.

« Les puissances occidentales, qui utilisent sans vergogne le terme de ‘terrorisme islamiste’, devraient d’abord regarder dans le miroir. Si vous recherchez des terroristes, vous les avez », a-t-il déclaré.

Les musulmans du monde entier s’opposent fermement à l’association du terrorisme à l’islam, qui est devenue une tendance après les attaques de Daech et d’autres organisations terroristes qui exploitent la religion.

Les responsables turcs, en particulier, ont exhorté les dirigeants du monde à éviter d’associer toute religion au terrorisme, dans la mesure où cela a entraîné une augmentation du nombre d’attaques anti-musulmanes en Occident. Ils soutiennent qu’un terroriste est un terroriste et que sa religion n’a pas de lien avec ses activités.

Erdoğan a critiqué l’Occident pour avoir hébergé des terroristes et soutenu des organisations terroristes.

« Nous avons des preuves dans nos archives concernant l’identité de ceux qui ont créé Daech et l’ont utilisé comme outil », a déclaré Erdoğan, en critiquant les États-Unis pour avoir hébergé le chef du groupe terroriste guléniste (FETÖ), Fetullah Gülen, dans un vaste complexe en Pennsylvanie.

Erdoğan a poursuivi en affirmant que la Turquie avait été contrainte de se tenir debout face aux attaques persistantes, y compris des sanctions cachées sur les besoins du pays en matière de défense.

« Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, seulement 20% de l’industrie de la défense turque était produite dans le pays, mais elle en représente maintenant 70% », a déclaré Erdoğan, ajoutant que le succès de la Turquie dans la lutte antiterroriste est principalement dû au fait qu’elle est en mesure de produire ses propres véhicules aériens sans pilote, y compris les blindés.

Erdoğan a déclaré qu’il avait fait part à l’ancien président américain Barack Obama que la Turquie avait des problèmes de munitions dans le cadre de sa lutte contre le terrorisme. Ce dernier lui avait dit qu’ils enverraient des munitions mais ne l’avaient jamais fait. La Turquie a donc fini par produire ses propres bombes intelligentes, a-t-il déclaré.

Sentant que ses efforts prolongés pour acheter des missiles Patriot à son allié américain n’étaient pas au rendez-vous, la Turquie a signé un contrat avec la en avril 2017 pour acquérir le système de défense russe.

L’achat du système russe a été un point de désaccord majeur entre Ankara et Washington, en particulier ces derniers mois, les États-Unis ayant soutenu que le système serait incompatible avec les systèmes de l’OTAN.

Que pensez-vous de cet article ?

21



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action