FLASH INFO :

Les tribus syriennes s’engagent à soutenir la Turquie et promettent de libérer les régions occupées par le PKK / PYD

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Le Conseil suprême des tribus et clans syriens a promis de lutter contre les organisations terroristes et de libérer les régions sous le contrôle de l’affilié syrien de l’organisation terroriste PKK, le PYD, garantissant le soutien des tribus arabes à la Turquie dans toute opération à venir en Syrie.


« Nous soutenons toutes les opérations menées par la Turquie en Syrie. Nous sommes unis à la Turquie », a déclaré Rafea Oqla al-Rajw, chef du Conseil suprême des tribus syriennes.

Parlant exclusivement au quotidien Yeni Şafak, le chef du Conseil suprême des tribus syriennes et dirigeant de la tribu Al-Cheitaat, Rafea Oqla al-Rajw a déclaré que l’union formée lors de la dernière réunion du groupe à Şanlıurfa en Turquie en mars comprenait 60 clans et 20 tribus, dont plus de 80% de ceux trouvés en Syrie.

Al-Rajw a été élu à la tête du Conseil lors d’une réunion qui s’est tenue du 10 au 13 décembre dernier et a réuni 354 chefs tribaux. Il a noté que des chefs tribaux d’Arabie Saoudite et de Qatar avaient également assisté au symposium afin de protéger l’intégrité territoriale de la Syrie et lutter contre toutes les organisations terroristes, y compris le PKK / PYD.

Les Etats-Unis se préparent à reconnaître officiellement les régions syriennes sous l’occupation de la filiale syrienne de l’organisation terroriste PKK, le PYD, selon un reportage du journal saoudien Asharq al-Awsat. Selon un haut responsable occidental, qui a parlé à Asharq Al-Awsat du plan, la Maison Blanche se prépare à tourner une nouvelle page en prenant des « mesures concrètes » en ce qui concerne leur politique en Syrie. Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a envoyé une « équipe diplomatique » dans les zones occupées par le PKK / PYD, principalement dans l’est de l’Euphrate, soit environ 28.000 kilomètres carrés, une zone équivalente à trois fois la taille du Liban.

Dans le cadre des tentatives américaines d’inciter les tribus arabes syriennes contre l’armée turque, des diplomates envoyés par Mattis ont rencontré des terroristes haut placés du PKK envoyés par Qandil afin de préparer le terrain pour reconstruire les villes rasées par les bombes de la coalition dirigée par les Etats-Unis, renforcer l’infrastructure, et entamer des discussions sur des sujets relatifs à la formation des forces de sécurité et au maintien / modernisation des bases américaines. La prochaine étape sera la reconnaissance par Washington d’un soi-disant « Etat » pour les terroristes du PKK qui diviseront la Syrie.

En août 2017, des camions ont été envoyés à des terroristes du PKK dans le nord de Raqqa, qui comprenaient des armes, des camions Hummer blindés de grande capacité utilisés par l’armée américaine, ainsi que des jeeps 4×4 et des excavatrices. Ces derniers mois, les Etats-Unis ont renforcé leur soutien pour les terroristes du PKK en Syrie, des centaines de camions d’armes ont traversé la frontière irakienne. La Turquie s’est opposée à maintes reprises aux armes américaines envoyées au PYD, en raison de ses liens avec l’organisation terroriste PKK.

Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, l’Union européenne et les États-Unis. Le PKK mène des violences armées dans le sud-est de la Turquie depuis 1984. Plus de 40 000 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans le conflit de trois décennies.

Le pays ne sera pas abandonné aux forces d’occupation

« Le PKK / PYD est notre ennemi le plus dangereux. Nous n’abandonnerons pas notre pays à des forces d’occupation telles que le PKK / PYD, Daech, la Russie et le régime et ses affiliés, les milices américaines ou iraniennes. Même si le PKK dit qu’il se bat contre Daech, ce sont deux organisations terroristes qui ne font qu’un », a déclaré al-Rajw.

Al-Rajw a souligné que le général Sukkar al-Moussa al-Hayyal, ancien émissaire du régime, est actuellement l’un des émirs de Daech. Il vit actuellement dans un palais dans les régions occupées par le PKK, précisant que les terroristes du PKK ont saisi les cartes d’identité et les propriétés de ceux qui fuyaient la Syrie.

« Nous reprendrons le contrôle de nos terres même si nous devons nous battre jusqu’au bout. Afin de commencer à travailler sur la restauration de l’infrastructure dans ces zones, nous devons d’abord éradiquer l’occupation du PYD  », a souligné al-Rajw.

Les États-Unis derrière les organisations terroristes

« Nous sommes en coordination avec la Turquie. Cependant, nous ne recevons pas de financement de la Turquie, nous l’obtenons des tribus du Koweït et du Qatar. Notre sang et notre chemin sont les mêmes que ceux de la Turquie. Nous ne pouvons jouer un rôle qu’avec la Turquie à nos côtés », a déclaré al-Rajw.

« Nous n’avons absolument aucun contact ou lien sur cette question avec les États-Unis ou l’Occident. C’est une accusation complètement fausse. Nous sommes contre le projet américain. Ils sont derrière le terrorisme. Ils ont convoqué leurs gangs et terroristes du mont Qandil. Les États-Unis sont en fait la partie qui crée et répand la terreur », a poursuivi al-Rajw.

« Nous savons très bien que l’Europe est comme les Etats-Unis, elle ne cherche pas les intérêts du peuple syrien. Le seul pays fraternel et amical qui pense aux intérêts des Syriens est la Turquie », a souligné al-Rajw.

Nous sommes unis avec la Turquie

« Nous soutenons toutes les opérations menées par la Turquie en Syrie. Nous sommes unis avec la Turquie. Nous serons même à l’avant-garde afin qu’aucun mal n’atteigne la Turquie. Nous avons déjà eu des entretiens avec les tribus situées à Idlib et ils ont exprimé leur désir de voir la Turquie intervenir, notant qu’elles sont prêtes à mettre fin à la terreur du PKK et du Hayat Tahrir al-Cham, en promettant toutes sortes de soutien. Nous avons également soutenu les opérations à Idlib et le Bouclier de l’Euphrate. Aujourd’hui, il y a quelques problèmes dans les régions du Bouclier de l’Euphrate. Certains groupes ont des agendas différents », a déclaré al-Rajw en référence à toute éventuelle opération transfrontalière de la Turquie.

« Nous savons que nous sommes éternellement redevables au peuple turc et nous voulons faire tout ce qui est nécessaire à cet égard », a conclu al-Rajw.

Dans le cadre de l’Opération Bouclier de l’Euphrate lancée en août 2016, l’Armée syrienne libre – avec le soutien de l’armée turque – avait nettoyé des terroristes 2 000 kilomètres carrés de terres le long de la frontière turco-syrienne.

(Traduction : Yeni Şafak)

Que pensez-vous de cet article ?

41



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX