FLASH INFO :

Les Syriens de la Ghouta orientale utilisent les sacs de l’ONU pour les morts afin de protester contre l’inaction de l’organisation

INTERNATIONAL - Les Syriens de la Ghouta orientale assiégée, à la périphérie de Damas, ont commencé à utiliser des sacs d’aide de l’ONU pour les enfants tués dans les bombardements dévastateurs du régime d’Assad, pour exprimer leur frustration face à l’inaction de l’organisation.


Des militants syriens ont partagé une vidéo des corps de deux enfants de deux ans gisant sur le sol, portant le logo de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés après que l’agence n’ait pas envoyé de convoi d’aide humanitaire dans la région suite au refus d’autorisation du du régime.

De nombreux Syriens se sont rendus sur les réseaux sociaux pour exprimer leur colère face au manque d’action pour aider les 400 000 habitants de la Ghouta orientale qui ont vécu sous le siège du régime depuis 2013 et font face à de graves pénuries de nourriture et de médicaments.

Un correspondant de l’AFP dans la Ghouta orientale a vu dimanche des centaines de civils fuir la ville de Beit Sawa dans le sud-est de l’enclave.

L’Observatoire a indiqué qu’environ 2 000 civils avaient fui les bombardements et les affrontements du régime dans les zones orientales de l’ouest de l’enclave.

« Tout le monde est sur la route, il y a de la destruction partout », a déclaré Abu Khalil, 35 ans, portant une petite fille dans les bras, blessée à la joue.

Samedi, 18 civils, dont 3 enfants, ont été tués dans le bombardement du régime de la Ghouta orientale, selon l’Observatoire.

Au moins 76 combattants pro-régime et 43 combattants de l’opposition de Jaish al-Islam ont également été tués dans des affrontements depuis le 25 février.

Par ailleurs, dimanche soir, le président Bachar el-Assad a déclaré que l’opération dans la Ghouta orientale devait se poursuivre. Il a déclaré qu’il n’y avait pas de contradiction entre une trêve et les opérations de combat en cours, ajoutant que l’opération devrait se poursuivre parallèlement aux efforts déployés pour permettre aux civils de quitter la région.

Assad a également accusé l’Occident de créer un « mensonge ridicule » sur la situation humanitaire dans le pays. Il a affirmé que les accusations occidentales concernant l’utilisation d’armes chimiques étaient une excuse pour attaquer l’armée syrienne.

Encerclés par le territoire contrôlé par le régime et incapables ou peu désireux de fuir, les 400 000 résidents de la Ghouta orientale ont subi ces dernières semaines l’une des attaques les plus féroces de la guerre civile syrienne.

Assiégés depuis 2013, ils ont déjà fait face à de graves pénuries de nourriture et de médicaments. Les travailleurs médicaux surchargés de la région ont lutté pour faire face à l’augmentation du nombre de blessés.

Bien que le cessez-le-feu de 30 jours exigé par les Nations Unies n’ait pas été respecté, l’annonce par la Russie de pauses humanitaires quotidiennes dans les combats avait suscité l’espoir de certaines livraisons d’aide et d’évacuations.

Un convoi de 46 cargaisons de produits de santé et de nutrition, ainsi que de la nourriture pour 27 500 personnes dans le besoin,a finalement pénétré dans l’enclave lundi, a annoncé le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires a déclaré que d’autres livraisons suivraient et qu’il avait obtenu « l’approbation » pour aider 70 000 résidents dans le besoin. Cependant, les rapports ont déclaré plus tard que le régime n’avait pas accordé l’approbation nécessaire pour l’accès du convoi dans l’enclave.

Que pensez-vous de cet article ?

121



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX