FLASH INFO :

Stoltenberg : L’OTAN salue l’accord turco-américain sur la ville syrienne de Manbij

TURQUIE / OTAN - Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi qu’il se félicitait de l’accord entre la Turquie et les Etats-Unis sur une feuille de route à suivre à Manbij en Syrie.


Le commentaire du Secrétaire Général Stoltenberg est intervenu lors d’une conférence de presse avant la réunion des ministres de la de l’OTAN à Bruxelles.

La feuille de route sur la vilel syrienne de a été annoncée lundi à Washington après une rencontre entre le ministre des Affaires étrangères Çavuşoğlu et le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo.

L’accord se concentre sur le retrait du groupe terroriste affilié au de la ville du nord de la Syrie et la stabilité dans la région.

La et les États-Unis ont récemment proposé un mécanisme pour examiner des questions distinctes dans des groupes de travail, notamment la stabilisation de Manbij et la prévention de tout affrontement indésirable après la visite de l’ancien secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson à Ankara en février. La première réunion du groupe de travail sur la Syrie s’est tenue en mars à Washington. La dernière réunion entre les responsables américains et turcs a eu lieu à Ankara la semaine dernière.

Suite à l’annonce de l’, le groupe terroriste des Unités de protection du peuple (YPG) ont fait part du « retrait » de Manbij de leurs derniers « conseillers militaires » dans un communiqué.

Le soutien militaire et logistique américain à la filiale syrienne du PKK, les YPG, a été l’une des questions les plus troublantes entre le gouvernement turc et l’administration américaine. Washington affirme que le soutien était fourni aux Forces démocratiques syriennes (SDF), affirmant qu’il s’agit d’une entité ethniquement diverse, dans le cadre de la lutte contre . Cependant, le fait que les soient principalement dirigées par les YPG a longtemps été mal accueilli par Ankara, affirmant que l’existence des n’est qu’une couverture pour les YPG.

Depuis le lancement de l’opération , la Turquie a soulevé des inquiétudes quant à la présence de terroristes des YPG à Manbij, qui a été prise sous contrôle par les YPG en 2016, et a déclaré qu’ils devaient quitter la région.

Les États-Unis avaient auparavant promis à la Turquie que les terroristes des YPG se déplaceraient de l’ouest de la Syrie, y compris Manbij, à l’est de l’Euphrate.

Cependant, la promesse de Washington, qui a été faite pendant l’ancien mandat du président américain Barack Obama, n’a pas encore été réalisée. Il y a également environ 2 000 à Manbij et une douzaine de bases militaires américaines dans le nord de la Syrie, selon des sources non officielles.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action