FLASH INFO :

Source de Paix : la Turquie suspend son offensive pendant 5 jours

SOURCE DE PAIX - Les délégations turque et américaine ont convenu jeudi que la Turquie suspendrait son opération antiterroriste dans le nord de la Syrie pendant cinq jours, période au cours de laquelle les Unités de protection du peuple (YPG) devront se retirer de la zone de sécurité proposée.


Les délégations turque et américaine ont tenu jeudi soir à une réunion co-présidée par le président Recep Erdoğan et le vice-président américain Mike .

La réunion à huis clos a duré 2 heures et 40 minutes.

La délégation turque était composée du vice-président Fuat Oktay, du ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu, du ministre du Trésor et des Berat Albayrak, du ministre de la Défense nationale Hulusi Akar et du chef d’Etat-major général Yaşar Güler.

La délégation américaine, qui devrait quitter Ankara jeudi soir, était composée du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, du conseiller américain à la Sécurité nationale, Robert O’Brien, du représentant spécial des Etats-Unis pour la Syrie, James Jeffrey, et de l’ambassadeur américain à Ankara, David Satterfield.

A l’issue d’entretiens entre les deux parties, le vice-président américain Mike Pence a déclaré : « Les YPG se retireront de la dans les 120 heures ». L’offensive « s’arrêtera complètement lorsque ce retrait aura été terminé durant cette période de suspension », a-t-il ajouté.

« L’opération Source de Paix n’est pas arrêtée mais mise en pause », a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion. « Ce n’est pas un cessez-le-feu. La Turquie ne peut arrêter l’opération que lorsque tous les éléments terroristes auront quitté la zone de sécurité (Syrie). »

« Cet accord ne comprend pas seulement le retrait des terroristes des YPG, mais également la saisie de leurs armes et le démantèlement de leurs fortifications et de leurs positions », a-t-il déclaré. « Les Etats-Unis ont reconnu la légitimité de notre opération et de nos objectifs. Dans les pourparlers d’aujourd’hui, nous avons obtenu ce que nous nous souhaitions grâce au leadership efficace de notre président », a-t-il ajouté. 

Dans le cadre de cet accord, les États-Unis ont annoncé qu’ils faciliteraient le retrait ordonné du groupe terroriste affilié au PKK dans les 120 heures.

Quant au président américain Donald Trump, il a tweeté  : « Une bonne nouvelle en Turquie » au sujet de la suspension par la Turquie de son offensive dans le nord de la Syrie, ajoutant qu’une conférence de presse entre Pence et Pompeo suivrait prochainement. Il a remercié le président Erdoğan en déclarant : « Des millions de vies seront épargnées ! »

La Maison Blanche avait précédemment publié une lettre de Trump à Erdoğan datée du 9 octobre : ​​ »Ne soyez pas un dur à cuire » et « Ne soyez pas idiot ! », a déclaré la chaîne de télévision turque CNN Turk, qui avait rejeté l’appel de Trump pour parvenir à un accord pour éviter les conflits et la lettre a été « jetée à la poubelle ».

 

Un responsable turc a déclaré à Reuters : « La lettre envoyée par Trump n’a pas eu l’impact escompté en Turquie car elle n’avait rien à prendre au sérieux ».

« Ce qui est clair, c’est que la Turquie ne veut pas d’une organisation terroriste à sa frontière et l’opération ne s’arrêtera pas à cause de la réaction qui se prépare. »

Trump avait précédemment invité Erdoğan à la Maison Blanche le 13 novembre. Le dirigeant turc a déclaré qu’il ne déciderait de se rendre à Washington qu’après les pourparlers de la délégation américaine.

La Turquie a lancé l’opération Source de Paix, la troisième d’une série d’opérations antiterroristes transfrontalières dans le nord de la Syrie, ciblant les terroristes affiliés à et aux unités syriennes du PKK, le 9 octobre à 16 heures.

L’opération, menée conformément au droit du pays à la légitime défense issu du droit et des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, vise à établir une zone de sécurité sans pour les Syriens qui rentrent dans la région située à l’est de l’Euphrate, sous le contrôle Forces démocratiques syriennes () soutenues par les Etats-Unis.

Le PKK – considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’ – mène depuis plus de 30 ans une campagne terroriste contre la Turquie, faisant près de 40 000 morts, dont des femmes, des enfants et des nourrissons.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action