FLASH INFO :

Sondage : 6 Grecs sur 10 s’inquiètent du récent pic des tensions avec la Turquie

TURQUIE / GRÈCE - Soixante pour cent des Grecs s’inquiètent d’un récent pic de tensions entre Athènes et Ankara, après la récente signature d’un accord de zone maritime entre la Turquie et la Libye, selon un nouveau sondage d’opinion réalisé par Pulse SKAI TV.


L’inquiétude suscitée par la tension avec la est particulièrement élevée chez les partisans du Mouvement pour le changement (KINAL), 75% se déclarant inquiets, suivis par 68% des électeurs conservateurs de la Nouvelle Démocratie et 53% des partisans de gauche de SYRIZA.

Accord Turquie-

Le 27 novembre, le président Recep Tayyip Erdoğan a signé deux protocoles d’accord avec al-Sarraj qui concernent d’une part la sécurité et la coopération militaire entre et Tripoli, et d’autre part la délimitation des zones de juridiction maritime dans le but de protéger les droits des deux pays découlant du droit .

Les deux protocoles approuvés simultanément par le Conseil présidentiel du GNA et ayant fait un grand écho à travers le monde entier présentent une importance cruciale à la fois sur le plan économique et militaire tant pour la Turquie que pour la Libye.

Au lieu d’engager des négociations basées sur le droit international et l’approche fondée sur l’équité de la Turquie, la Grèce et l’administration chypriote grecque ont préféré exclure la Turquie des activités de recherches d’hydrocarbures en Méditerranée orientale avec l’aide de leurs alliés. Déterminée à ne pas tolérer la violation de ses droits et les tentatives d’isolation de la Turquie de la Méditerranée orientale et de la mer Égée, Ankara a conclu un accord stratégique avec Tripoli, qui permettra aux deux pays de mener des activités d’exploration conjointes au large de .

En faisant valoir ses droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale convoitées par d’autres pays, notamment la Grèce, la Turquie s’est bien évidemment attiré les foudres de ses adversaires qui ont également des intérêts dans la région.

La Grèce a expulsé l’ambassadeur libyen à Athènes suite à l’accord turco-libyen, ce qui a été jugé « scandaleux » par la Turquie. L’accord a également été dénoncé par les , l’Union européenne, l’Égypte et qui espéraient prendre leur part du gâteau en Méditerranée orientale grâce à une coopération avec la Grèce. Rappelons que l’administration chypriote grecque a déjà signé ces dernières années des contrats d’exploration avec des géants des hydrocarbures comme l’Italien Eni, le Français Total ou l’Américain ExxonMobil.

La Turquie n’a cependant pas cédé aux pressions et actions unilatérales : elle a utilisé sa marine pour dissuader les sociétés étrangères de forer dans des eaux controversées. L’année dernière, des navires de guerre turcs ont bloqué en mer le navire du groupe italien Eni opérant au large de Chypre. Des bateaux de la marine turque ont également intercepté il y a deux semaines un navire de recherche israélien dans les eaux chypriotes.

Que pensez-vous de cet article ?

322



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action