FLASH INFO :

La Somalie invite la Turquie à mener des activités d’exploration pétrolière sur ses eaux

TURQUIE / INTERNATIONAL - Le dirigeant turc a déclaré qu’Ankara prendrait des mesures dans ses opérations en Somalie conformément à l’invitation.


Le président turc a déclaré que la Somalie avait invité la Turquie à rechercher du dans les eaux somaliennes, a rapporté la chaîne de télévision nationale privée NTV.

La Turquie a été une source importante d’aide à la Somalie après une famine en 2011. Des ingénieurs turcs ont aidé à construire des infrastructures en Somalie, des entreprises ont investi dans le pays et des officiers turcs ont formé des soldats somaliens dans le cadre des efforts de constitution de l’armée du pays.

S’adressant aux journalistes lundi, lors de son vol de retour d’un sommet libyen à Berlin, Erdoğan a déclaré que la Turquie prendrait des mesures conformes à l’invitation somalienne, mais n’a pas donné plus de détails.

« Il y a une offre de la Somalie. Ils disent : Il y a du pétrole dans nos mers. Vous menez ces opérations avec la , mais vous pouvez aussi les faire ici. C’est très important pour nous », a déclaré Erdoğan cité par NTV.

« Par conséquent, il y aura des mesures que nous prendrons dans nos opérations là-bas. »

Fin décembre, un groupe d’ingénieurs turcs figurait parmi ceux qui ont été touchés par une à un poste de contrôle à Mogadiscio qui a tué au moins 90 personnes. Le week-end dernier, un attentat à la voiture piégée a blessé une quinzaine de personnes, dont des entrepreneurs turcs, à Afgoye.

En novembre, la Turquie a signé un accord de délimitation maritime avec le gouvernement d’union nationale (GNA) de la Libye, internationalement reconnu, ce qui a mis en colère la Grèce et . Athènes est en désaccord avec Ankara sur les ressources offshore au large des côtes de l’île divisée de .

Erdoğan a récemment déclaré que le navire d’exploration sismique turc Oruç Reis serait déployé pour explorer le pétrole et le gaz au large de la Libye. D’autres navires turcs similaires exercent la même activité au large de Chypre.

Il a également déclaré qu’il n’était « plus légalement possible » de mener des activités de recherche et de ou de construire un pipeline sans l’approbation de la Libye ou de la Turquie dans les zones soumises à leur accord.

Plus tôt ce mois-ci, la Grèce, Chypre et ont signé un accord pour construire un gazoduc pour expédier du gaz vers l’, malgré l’opposition véhémente de la Turquie.

Erdoğan avait précédemment annoncé qu’Ankara envoyait des forces militaires en Libye pour soutenir le GNA basé à Tripoli contre l’offensive du maréchal Khalifa sur Tripoli, qui a commencé en avril dernier.

Les forces de Haftar sont alignées sur une administration rivale basée dans l’est de la Libye et ont fait des avancées militaires ces dernières semaines avec l’aide de mercenaires russes, selon des informations parues dans les médias. La Russie a nié avoir envoyé des mercenaires en Libye.

Dimanche, la Turquie et la Russie ont assisté à un sommet à Berlin, où une multitude de puissances étrangères ont accepté de mettre fin à l’ingérence extérieure dans le conflit libyen et de travailler à un cessez-le-feu dans le pays.

Que pensez-vous de cet article ?

21



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action