FLASH INFO :

Selim Yenel : Le manque de confiance et de dialogue est le problème principal entre la Turquie et l’UE

TURQUIE / UE - La principale source de problèmes entre la Turquie et l’Union européenne est le manque de confiance et de dialogue, a déclaré mercredi l’ancien ambassadeur de Turquie auprès de l’UE, Selim Yenel.


Lors de la cinquième réunion de la société civile Turquie-UE à laquelle ont participé le ministre des Affaires européennes Ömer Çelik et de nombreux universitaires et représentants turcs et européens à Paris, Yenel a déclaré que la récente pause dans les contacts bilatéraux entre l’UE et la Turquie nuit aux deux parties.

L’ancien ambassadeur a noté que les questions concernant les relations entre la Turquie et l’UE peuvent se résumer en trois points principaux, à savoir les obstacles dans le processus d’adhésion, l’Accord d’union douanière et la libéralisation des visas.

« Malheureusement, il n’y a pas de chapitres de négociations à ouvrir parce qu’il y a une obstruction politique », a déclaré Yenel, notant que les obstacles sont principalement causés par l’administration chypriote grecque.

En ce qui concerne l’Accord d’union douanière, Yenel a noté qu’il doit être immédiatement renouvelé.

La Turquie est le seul pays en dehors de l’UE qui a un Accord d’union douanière avec l’UE. L’accord, signé en 1996, n’inclut pas le secteur de l’agriculture, des services ou des marchés publics. Par conséquent, la Turquie et l’UE ont commencé à travailler sur le cadre technique pour la mise à jour de l’accord d’union douanière depuis le début de cette année.

En ce qui concerne le processus de libéralisation des visas, Yenel a noté que la Turquie a rempli 67 des 75 critères.

L’ambassadeur a souligné que le problème le plus important dans les relations UE-Turquie est le manque de dialogue.

« On ne parle pas assez, il n’y a pas assez de réunions », a-t-il ajouté.

En outre, Yenel a noté que la Turquie n’a pas été invitée aux sommets depuis 2004 à la suite de l’évolution de la politique européenne.

« La Turquie est critiquée de s’être éloignée de l’Europe mais la Turquie est-elle vraiment en train de s’éloigner ou est-elle obligée de le faire ? », a demandé Yenel.

La Turquie, qui a fourni une aide significative à l’UE pour enrayer le flot de migrants clandestins, a demandé à adhérerà l’UE en 1987, tandis que les négociations d’adhésion ont été lancées en 2005.

En 2007, les négociations d’adhésion étaient dans l’impasse sur la question de Chypre.

La Turquie est tenue de mener à bien les négociations avec l’UE dans 35 chapitres politiques impliquant des réformes conformes à l’Union européenne.

 

Que pensez-vous de cet article ?

11



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX