FLASH INFO :

La Russie souhaite la normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie

TURQUIE / INTERNATIONAL - La normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie est dans l’intérêt de ces deux pays, selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui s’est exprimée lors d’un point de presse le 7 mars.


Le 1er mars 2018, le président arménien Serge Sargsian a annoncé l’annulation des protocoles signés pour la normalisation des relations turco-arméniennes en 2009.

Le « Protocole sur le développement des relations entre la République d’Arménie et la République de Turquie » prévoyant la normalisation des relations entre les deux pays ont été signés par les ministres des Affaires étrangères de l’époque, Ahmet Davutoğlu (Turquie)  et Edward Nalbandian (Arménie) le 10 octobre 2009, mais ils n’ont jamais été ratifiés.

La cérémonie avait été engagée par la secrétaire d’État américain Hillary Clinton, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

« La Russie a souhaité commenter l’évaluation des protocoles Arménie-Turquie. La délégation russe était à Zurich lors de la cérémonie de signature et a joué un rôle actif en 2009 », a indiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Les remarques de Moscou sont intervenues en réponse aux commentaires sur la décision de l’Arménie d’annuler les protocoles turco-arméniens.

« Nous souhaitons voir la normalisation des relations entre ces pays, ce qui est dans l’intérêt des deux parties. Pour notre part, nous avons toujours tout fait pour atteindre cet objectif », a déclaré Zakharova.

En outre, Ankara a présenté des conditions préalables et fait le lien entre les ratifications et le conflit du Haut-Karabagh.

Des contestations entre la Turquie et l’Arménie ont suivi depuis la signature des protocoles à l’échelle nationale : un projet qui s’est essoufflé avant même que les deux pays ont pu poursuivre les efforts dans cette voie.

Selon Yelda Ongun, professeur des relations internationales à l’université de Başkent, la Turquie ne s’intéresse pas aux relations bilatérales avec l’Arménie et que de toute façon, Ankara ne prendra pas non plus le risque de perdre l’Azerbaïdjan.

Selon Ongun, il n’y aura pas de progrès positif sur la ratification entre les deux pays.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz