FLASH INFO :

Des responsables américains se rendront en Turquie pour discuter de l’extradition de Gülen

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Les jours de Fetullah Gülen aux États-Unis sont peut-être comptés puisqu’une délégation du Département de la Justice des États-Unis se rendra bientôt en Turquie pour discuter du processus d’extradition du chef du groupe terroriste blâmé pour la tentative de coup d’Etat de 2016.


La accueillera une délégation américaine dans les prochains jours alors qu’elle se bat pour accélérer le processus d’ de Fethullah , le leader du (FETÖ) qui réside en Pennsylvanie. La délégation des fonctionnaires du Département de la Justice et des fonctionnaires de la justice s’entretiendront avec des fonctionnaires du ministère turc de la Justice ainsi qu’avec des procureurs enquêtant sur les affaires liées au groupe terroriste. vise à informer les autorités américaines des informations concernant le groupe terroriste accusé d’avoir mené la tentative de coup d’Etat du 2016.

Gülen était déjà impliqué dans une série d’actes répréhensibles dans des affaires liées à son groupe; mais après la tentative de coup d’Etat qui a tué 250 personnes, Ankara a accéléré ses efforts pour son extradition des , un proche allié du pays. Gülen est parti aux États-Unis en 1999 en invoquant des raisons de et bénéficie d’une retraite luxueuse à Saylorsburg, en Pennsylvanie, dirigée par la fondation Golden Generation de FETÖ.

Ankara a officiellement déposé aux Etats-Unis des preuves sur le rôle du FETÖ dans la tentative de coup d’Etat, en octobre 2016. Les preuves montrent que le réseau de Gülen formait un quasi-Etat au sein du gouvernement turc et tentait de le renverser par un coup. Malgré les efforts déterminés d’Ankara, l’administration de l’ancien président américain Barack Obama n’a pris aucune mesure contre le chef terroriste basé aux États-Unis. Dans des circonstances normales, Gülen aurait déjà dû être arrêté depuis que les autorités turques avaient officiellement demandé son extradition en vertu du traité de 1979 entre les États-Unis et la Turquie.

L’ancien ministre de la Justice, Bekir Bozdağ, s’est rendu plusieurs fois aux États-Unis pour accélérer le processus judiciaire et a rencontré les autorités américaines, y compris le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions. Cependant, aucune mesure formelle n’a été prise sur la question jusqu’à présent.

Les fonctionnaires des deux pays sont déjà impliqués dans un échange d’appels téléphoniques et de lettres d’extradition, alors que les gulénistes aux États-Unis font pression pour mettre fin à l’extradition et craint que Fetullah Gülen ne s’enfuie dans un autre pays.

La Turquie a récemment révélé de nouvelles preuves accablantes concernant le lien entre les putschistes derrière la tentative de coup d’Etat de 2016 et Gülen. La correspondance entre Hakan Çiçek, un guléniste capturé à la base aérienne d’Akıncı qui servait de centre de commandement par les putschistes dans la capitale Ankara, et le fils de Cevdet Türkyolu, sera également présentée à la délégation. On croit que Çiçek a envoyé un texto à Türkyolu, qui est le bras droit de Gülen et réside avec lui en Pennsylvanie. Un texte envoyé quelques heures avant que Çiçek ne soit capturé appelle Türkyolu pour qu’il organise un entretien téléphonique avec Gülen, citant « une question de vie ou de mort ».

FETÖ a utilisé ses « imams » pour mobiliser ses infiltrés dans l’armée afin de prendre le pouvoir le 15 juillet 2016, ont révélé des enquêtes. Adil Öksüz, un fugitif comme Gülen, est accusé d’avoir orchestré la tentative de coup d’Etat. Öksüz a tenu des réunions avec le cadre supérieur des putschistes, selon des témoins. Les procureurs disent qu’il a fréquemment rendu visite à Gülen en Pennsylvanie. Il figure actuellement sur la liste des personnes les plus recherchées par le ministère de l’Intérieur, le ministère offrant jusqu’à 4 millions de turques (près de 981 000 dollars) pour son arrestation.

Hakan Bıyık, un colonel qui a avoué ses liens avec le groupe terroriste et sa participation à des « réunions de coup d’État » dans une villa d’Ankara avec d’autres officiers militaires, a révélé le rôle d’Öksüz dans la tentative de coup d’Etat. « Öksüz nous a dit que Gülen avait ordonné aux généraux, infiltrés de FETÖ dans l’armée, de convaincre le chef d’Etat-major Hulusi Akar de se joindre au coup d’Etat », a déclaré Bıyık devant un tribunal lors d’une audience en février. « L’échec n’était pas une option Quand nous parlions de ce que nous ferions si le plan échouait, Öksüz nous a dit : ‘Ne pensons pas au pire' », a déclaré Bıyık au tribunal. Öksüz leur aurait dit qu’il présenterait les plans à Gülen pour son approbation. « Un jour, il nous a dit qu’il avait eu une conversation téléphonique avec notre aîné respecté et qu’il nous a présenté ses salutations, il faisait référence à Gülen », a déclaré Bıyık dans son témoignage.

 

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

SONDAGE

  • Selon vous, le pasteur américain Brunson accusé d'espionnage en Turquie sera-t-il libéré ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

  • RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action