FLASH INFO :

Le président Erdoğan rejette l’appel à l’amnistie du leader du MHP Bahçeli

TURQUIE / POLITIQUE - Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a rejeté une demande du dirigeant du Parti d’action nationaliste (MHP), Devlet Bahçeli, de pardonner un certain nombre de condamnés en Turquie, tandis que Bahçeli insiste sur sa demande.


« L’appel de M. Bahçeli est le sien. À l’heure actuelle, nous, avec notre gouvernement, n’avons certainement pas une telle considération », a déclaré M. Erdoğan le 13 mai avant de quitter Istanbul pour une visite de trois jours au Royaume-Uni.

Les propos d’Erdoğan interviennent un jour après que Bahçeli ait demandé une pour les excluant les abuseurs d’enfants, les assassins de femmes, les violeurs et les membres de l’organisation terroriste guléniste (FETÖ) et du .

Dans d’autres remarques le 13 mai, Bahçeli a déclaré que son parti était « déterminé sur la question ».

« Nous sommes derrière nos paroles, et avec la volonté de Dieu, nous espérons qu’une amnistie sera approuvée », a-t-il dit.

Le chef du a fait l’appel initial sur le 12 mai.

« Pourquoi est-ce que les victimes du destin, qui souffrent pour leurs proches en prison, ne sont pas prises en compte? », a écrit le chef du MHP Bahçeli sur son compte officiel, excluant les abuseurs d’enfants, violeurs, meurtriers de femmes et membres du PKK et FETÖ.

Bahçeli a accusé encore une fois les candidats à la présidentielle des autres partis soutenus par 100.000 signatures d’être « soutenus par le FETÖ ou le PKK ». Il a également condamné une pétition demandant la libération de Selahattin Demirtaş, candidat emprisonné du Parti démocratique des peuples (HDP).

« Si des hommes amoureux de leur patrie et de leurs idéaux, connus pour être des hommes courageux, comme Alattin Çakıcı ou Kürşat Yılmaz, étaient présentés comme candidats par les signatures de 100 000 nationalistes, y aurait-il eu une pétition pour leur libération? », a écrit Bahçeli.

Le leader de la mafia turque, Çakıcı, se trouve actuellement à la prison de Bolu, où il a purgé une peine pour avoir incité à l’assassinat de son ex-épouse, Nuriye Uğur Kılıç. Il est également reconnu coupable de plusieurs crimes, y compris l’organisation et la direction d’un syndicat du crime dans le but de générer des profits, d’inciter à commettre un meurtre, d’instiguer des blessures et d’insulter le président Erdoğan.

Son nom est connu en relation avec un certain nombre de crimes armés notoires et il fut d’abord arrêté après le coup d’Etat de 1980, jugé dans des affaires impliquant le MHP et un certain nombre d’organisations nationalistes liées au meurtre de 41 personnes. Il a ensuite été arrêté à Nice, en , en 1998. Après son arrestation il a affirmé avoir travaillé pour l’Organisation nationale de renseignement de () à l’étranger.

Kürşat Yılmaz était membre de l’Organisation de la jeunesse nationaliste (ÜGD) avant le coup d’Etat de 1980. Extradé en Turquie en 1999, il est depuis emprisonné pour avoir incité à l’assassinat de l’ancien maire de Kuşadası, Lütfi Suyolcu.

« A quel point est-il juste et équitable de laisser nos frères pourrir derrière les murs? », a déclaré Bahçeli.

CHP : ‘Problème sérieux pour être abordé sur Twitter’

Le principal porte-parole du Parti républicain du peuple (CHP), Bülent Tezcan, a critiqué l’appel du chef du MHP à une amnistie.

« Ces sujets ne peuvent pas être discutés sur Twitter. Ils sont sérieux. Ces personnes devraient d’abord préparer le contenu, ce qu’ils veulent, et ce qu’ils font avant d’en discuter », a déclaré Tezcan après avoir rendu visite au député Enis Berberoğlu emprisonné à Istanbul le 13 mai.

« Ce n’est pas quelque chose à discuter sur Twitter comme la distribution de bonbons avant une élection. Cela devrait être discuté au Parlement. La portée et le cadre appropriés devraient être évalués », a-t-il ajouté.

 

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action