FLASH INFO :

Le président Erdoğan poursuit les efforts diplomatiques pour la paix à Idlib, en Syrie

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Le président Recep Tayyip Erdoğan devrait s’entretenir avec Donald Trump, Emmanuel Macron et Angela Merkel, ainsi que la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen et le Premier ministre bulgare Boyko Borisov au sujet des développements récents à Idlib en Syrie, a déclaré vendredi le directeur des communications présidentielles Fahrettin Altun.


Erdoğan et le président russe Vladimir Poutine ont également convenu lors d’un appel téléphonique de se rencontrer en face à face dès que possible. Entretemps, des délégations turque et russe poursuivent des entretiens à , concernant la crise à . Les vice-ministres des Affaires étrangères des deux pays présideront ces délégations au troisième jour de ces pourparlers, dans la capitale.

Altun a réitéré que la Russie était la seule responsable, selon l’accord de , dans le contexte de l’article 3 qui oblige la Russie à stopper les attaques du régime Assad à Idlib. « Nous continuerons de rappeler que la Russie est garante de l’empêchement d’une nouvelle escalade du régime », a-t-il déclaré lors d’une réunion avec des représentants des médias à Ankara.

Les soldats turcs à Idlib s’emploient à protéger les civils locaux dans le cadre d’un accord de 2018 avec la Russie, en vertu duquel les actes d’agression sont interdits dans la région.

Ces discussions doivent se tenir après que 33 soldats turcs aient été tués dans une du régime d’Assad à Idlib, et que les autorités turques aient annoncé qu’elles n’entraveraient plus le flux de migrants vers l’Europe.

Altun a également déclaré que lors de la conversation téléphonique avec , le président Erdoğan transmettrait la vision de la afin de travailler avec les États-Unis pour maintenir l’intégrité territoriale de la Syrie et conserver une solution politique. « Une fois de plus, le président exprimera les attentes de la Turquie vis-à-vis des États-Unis afin de résoudre la crise en Syrie. Le président rappellera également les responsabilités de l’OTAN contre les attaques du régime visant la Turquie, qui possède la deuxième plus grande armée de l’OTAN », a ajouté Altun.

Les autorités turques ont exhorté la communauté internationale à prendre des mesures pour éviter une nouvelle crise humanitaire, alors que le régime d’Assad poursuit ses attaques flagrantes contre les civils et les infrastructures à Idlib.

Concernant le nouvel afflux potentiel de en provenance d’Idlib et la nouvelle politique de la Turquie en matière de , dans laquelle les frontières turques ont été ouvertes aux Syriens jeudi soir, Altun a souligné que l’inaction et la position oisive des pays occidentaux face à la crise étaient restées les mêmes.

« La Turquie n’a jamais utilisé la crise des réfugiés comme une arme vers l’Europe. Il s’agit d’une responsabilité universelle pour l’humanité. Cependant, nos amis européens n’ont pas encore assumé leurs responsabilités. Cette position a rendu la situation impossible. Et la Turquie n’a eu qu’une seule option. Mais malgré tout, nous sommes ouverts à tout type de collaboration », a poursuivi Altun.

Le directeur des communications a en outre souligné que les éléments du régime étaient désormais une cible légitime pour la Turquie après l’attaque de ses soldats.

Déclarant que le président Erdoğan avait une fois encore souligné que la Russie devait remplir ses obligations en vertu de l’accord de Sotchi lors de son appel téléphonique avec Poutine, Altun a déclaré que la Turquie avait toujours agi conformément au droit et aux accords conclus.

« Si Idlib tombe, des millions de réfugiés commenceront à traverser l’Europe, car la Turquie a atteint sa capacité maximale de cette manière », a déclaré Altun.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action