FLASH INFO :

Le président Erdoğan et son amour pour les enfants face à la manipulation médiatique

OPINION - Vous avez dû certainement lire l’information choquante relayée dans tous les médias mainstream, selon laquelle le président turc Recep Tayyip Erdoğan « aurait incité une petite fille à mourir en martyr ». Si cette information aussi absurde que bouleversante a fait la une de tous les journaux, elle n’est rien d’autre qu’une manipulation médiatique visant à consolider l’image du « tyran sans pitié » du président Erdoğan, loin de toute réalité.

Par Öznur Küçüker Sirene


Un président extrêmement proche des enfants et adolescents

Avant de démontrer en quoi l’information déforme complètement la réalité, il convient de souligner que le président Erdoğan est l’un des leaders mondiaux les plus sensibles aux droits et désirs des enfants et adolescents du monde entier.

Ses gestes affectueux ainsi que ses apparitions publiques avec les enfants venant notamment des pays opprimés sont si nombreux qu’il est impossible de tout les citer dans un article.

Mais donnons quelques exemples notables comme la petite fille syrienne Bana Al-Abed qui était devenue célèbre en témoignant de son quotidien de guerre à Alep et qui avait été reçue avec sa , en Turquie, par Erdoğan. Elle a par la suite reçu son passeport turc des mains du président.

Un autre exemple connu est l’accueil par Erdoğan, de l’enfant palestinien Fawzi al-Junaidi, âgé seulement de 16 , à . Capturé lors des manifestations en soutien à par les soldats israéliens qui lui ont bandé les yeux et l’ont agressé avant de l’emprisonner, al-Junaidi est devenu l’un des symboles de l’élan de protestation contre la décision américaine de reconnaître comme capitale d’Israël.

Toute la Turquie avait également été émue devant la tendresse d’Erdoğan envers une petite fille turque, Irmak Ayşe İstek, âgée de 4 ans, qui avait diffusé une vidéo où elle exprimait son amour pour Erdoğan et sa profonde déception de ne pas avoir pu le rencontrer. En effet, la petite fille devait accueillir le président à Yozgat en lui présentant un spectacle de gymnastique avec son équipe. Mais le programme avait été annulé en raison d’un retard et Irmak avait dû rentrer chez elle sans pouvoir rencontrer le président. Lors de son accueil par le président Erdoğan en compagnie de sa famille, Irmak a même reçu le cadeau d’un vélo !

En dehors de ces quelques exemples médiatiques, Erdoğan est tellement proche des enfants que lors de toutes ses rencontres avec le public et visites dans les pays étrangers, il est possible de le voir en compagnie d’un enfant. En rendant visite aux enfants handicapés et malades, en leur offrant des cadeaux, en serrant fort dans ses bras les enfants du monde entier, Erdoğan a non seulement conquis le cœur des enfants du monde entier mais aussi celui de son peuple qui voit en lui la figure paternelle par excellence.

La réalité des faits sur le discours d’Erdoğan en compagnie d’une

Le 24 février, le président Erdoğan a prononcé un discours à Kahramanmaraş, dans le sud du pays, où il donnait des informations au sujet de l’opération Rameau d’Olivier, lancée par les forces armées turques à Afrin en Syrie.

Pendant son discours, une petite fille en tenue militaire (de « Bérets bordeaux », une des forces spéciales et anti-terroristes de la Turquie) saluait le président comme un soldat, ce qui a attiré l’attention d’Erdoğan qui l’a fait monter sur scène.

Trop émue par l’appel du président et les applaudissements de la foule, la petite fille en larmes, a accompagné le président pendant quelques minutes du discours où Erdoğan a prononcé ces mots : « le JÖH [Les Forces spéciales de la Jandarma], le lieutenant-colonel, le béret bordeaux…Il porte le drapeau dans sa poche. S’il tombe en martyr, il sera enveloppé dans son drapeau. Il est prêt à tout, n’est-ce pas ? », adressant la question à la petite fille qu’il a embrassée tendrement.

Et voyons voir comment ses mots ont été relayés dans les médias français : « Si elle devient une martyre, elle sera enveloppée dans son drapeau »…

La déformation des faits : un phénomène répandu dans les médias occidentaux

Les mots sortis de leur contexte, la mauvaise traduction et la déformation des termes, la sélection de certains passages au détriment de certains autres dans les discours sont aujourd’hui monnaie courante dans les médias français mainstream qui influencent petit à petit l’inconscient de l’opinion publique française.

En faisant passer les bourreaux pour les victimes, les victimes pour les bourreaux, les miséricordieux pour des tyrans, les médias orientent les lecteurs dans la direction souhaitée.

Aujourd’hui, afin de convaincre le lectorat français sur « le massacre des civils par  », sur ses pseudo-« dictature, islamo-fascisme et autoritarisme », les médias sont capables de tout : noircir son image au maximum afin de faire de lui un monstre aux yeux du monde entier.

Combien d’entre vous avait déjà vu les milliers de photos du président Erdoğan si proche des enfants, ayant fait de la Turquie le pays le plus généreux du monde en termes d’aides humanitaires, un pays de refuge pour les opprimés et ignorés de la communauté internationale ?

D’ailleurs, alors que même l’Elysée déforme l’entretien téléphonique entre Erdoğan et , faut-il s’étonner que les médias ont pris le président turc pour cible ?

A qui profite cette manipulation ? La réponse est sûrement loin d’être les peuples occidentaux à qui on n’arrête de mentir.

 

Que pensez-vous de cet article ?

20



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action