FLASH INFO :

Première visite bolivienne en Turquie au niveau présidentiel : Erdoğan et Morales s’engagent à renforcer la coopération bilatérale de leurs pays

TURQUIE / INTERNATIONAL - Au cours des deux dernières décennies, la Turquie a mené une politique active visant à renforcer ses relations avec les pays d’Amérique latine et des Caraïbes, notamment la Bolivie. La toute première visite présidentielle d’un pays d’Amérique latine en Turquie, en prévision du 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques l’année prochaine, a marqué hier un tournant pour les relations bilatérales.


Lors d’une conférence de presse conjointe tenue à Ankara hier, le président Recep Tayyip Erdoğan et le président bolivien Evo Morales Ayma ont exprimé la volonté commune de tirer parti du rapport économique et en pleine croissance à un moment où le monde est confronté à d’importantes transformations.

Dans son allocution à la réunion, le président Erdoğan a expliqué le volume croissant des échanges bilatéraux ces dernières années. « Le volume de nos échanges bilatéraux a augmenté de 250% au cours des deux dernières décennies », a déclaré le président. Le volume des échanges bilatéraux entre la Turquie et la Bolivie a augmenté de 19% en 2018 et atteint 113 millions de dollars.

Les exportations de la Turquie vers la Bolivie se sont chiffrées à 21 millions de dollars et les importations à 92 millions, selon les données de l’Institut turc des (TurkStat).

Les exportations turques comprenaient principalement des biscuits et des gaufres d’une valeur d’environ 2,4 millions de dollars, ainsi que des câbles à fibres optiques et des conducteurs électriques d’une valeur de 2 millions de dollars. Les exportations de réfrigérateurs et de congélateurs ont contribué pour 1,3 million de dollars aux exportations turques vers la Bolivie l’an dernier. Les équipements et composants de bijoux ont représenté 89,6 millions de dollars du total des importations en provenance de Bolivie.

Erdoğan a souligné que les chiffres actuels ne sont pas suffisants pour procurer des avantages aux deux pays et a souligné la nécessité de trouver de nouveaux moyens d’accroître le commerce bilatéral. « Aujourd’hui, nous avons discuté des moyens d’accroître les investissements bilatéraux dans les domaines de la et de l’énergie », a déclaré Erdoğan. Il a indiqué que la première réunion de la commission économique mixte se tiendra l’année prochaine. Le président a également annoncé son intention de se rendre en Bolivie avec une délégation d’hommes d’affaires.

« Je pense que nous pouvons réaliser des projets d’investissement dans les centrales thermiques et les centrales solaires grâce aux efforts conjoints de nos hommes d’affaires », a-t-il déclaré.

Erdoğan a également rappelé les projets humanitaires et de développement menés par l’Agence turque de coopération et de coordination () dans le pays. L’année dernière, a fourni 18 ensembles de machines légères aux associations de fabricants de quinoa de la région de Quechua et Aymara, au sud de la Bolivie – où vivent les communautés les plus pauvres du pays – afin d’élever le processus de production au niveau des exportations.

Le président bolivien Morales a exprimé sa profonde gratitude pour la contribution de TİKA au développement de son pays et a souligné que les fabricants de quinoa avaient aidé la Bolivie à commercialiser ses produits agricoles.

Morales a également rappelé les ambulances et autres équipements sanitaires fournis par TİKA au peuple bolivien et a déclaré que ces fournitures contribuaient à l’amélioration des services de santé dans le pays. Grâce aux efforts de la Turquie, un hôpital pour greffes de rein a également été créé en Bolivie.

En référence à la coopération en matière de défense, M. Morales a déclaré : « La Bolivie est disposée à coopérer avec la Turquie dans le domaine de la défense car nous avons grand besoin de renforcer notre défense dans notre lutte contre la contrebande et le trafic ».

Morales a également déclaré qu’en Bolivie, les séries télévisées turques sont très célèbres et le peuple bolivien aime la culture turque. « En Bolivie, est également très connu. Nous sommes donc ravis d’apprendre que lancera des vols directs vers notre pays au premier semestre de l’année prochaine », a déclaré Morales.

La Turquie et la Bolivie partagent une position commune sur d’importantes questions mondiales

Dans son allocution, le président Erdoğan a salué le soutien de la Bolivie au statut de Jérusalem, protégeant les civils en , et a salué l’approche du pays sur les hauteurs du Golan.

« La Turquie et la Bolivie partagent une position commune sur de nombreux problèmes mondiaux », a-t-il déclaré, ajoutant: « Nous nous inquiétons de la montée des tendances d’extrême-droite et anti-islamiques dans le monde ».

« Je tiens à exprimer ma gratitude pour la contribution de la Bolivie à la protection du statut de Jérusalem et mon appréciation sur son approche de la question des hauteurs du Golan », a déclaré Erdoğan.

À la fin du mois de mars, le président américain Donald Trump a signé un décret au début d’une réunion avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, affirmant que les États-Unis reconnaissaient la souveraineté israélienne sur le Golan, territoire qu’Israël avait saisi de la Syrie lors de la guerre de 1967 au Moyen-Orient.

Cette décision de l’administration américaine a provoqué l’indignation des pays du monde entier et une majorité de membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont par la suite souligné qu’il était important de faire respecter le droit concernant le Golan occupé, face à la décision unilatérale des États-Unis de reconnaître la souverainneté israélienne sur les hauteurs du Golan.

Erdoğan et Morales ont également souligné leurs opinions sur les développements au et ont souligné que la Turquie et la Bolivie partagent le même point de vue, déclarant qu’aucun pays n’a le droit d’intervenir dans le processus démocratique d’un autre pays.

« Personne ne peut perturber le processus démocratique dans un pays, en essayant de renverser un gouvernement élu en s’efforçant de remplacer le président élu par quelqu’un d’autre, presque comme si l’on désignait un gouverneur d’Etat », a déclaré Erdoğan.

Dans le même ordre d’idées, le président bolivien Morales a également déclaré : « Nous vivons une période d’intégration, nous n’acceptons pas les tentatives non démocratiques de renverser le gouvernement vénézuélien », a-t-il déclaré.

Que pensez-vous de cet article ?

3



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action