FLASH INFO :

La population syrienne en Turquie pourrait atteindre les 5 millions dans 10 ans, selon un rapport

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Selon un récent rapport l’Ombudsman turc, la population des Syriens vivant en Turquie pourrait atteindre les 5 millions dans 10 ans et même si la guerre se terminait en Syrie, de nombreux Syriens en Turquie pourraient décider de ne pas rentrer chez eux.


« La population syrienne vivant en pourrait atteindre les 5 millions en 10 ans », indique le intitulé « Les Syriens en Turquie », qui ajoute : « L’un des indicateurs importants de la survie des Syriens est constitué par les bébés nés en Turquie depuis 2011. Même ce fait peut être lu comme un signe de leur volonté de rester en permanence : 45% des Syriens en Turquie, ce qui représente plus de 1,4 million de personnes, sont des enfants de moins de 18 ans. Il semble ainsi que la population syrienne en Turquie pourrait dépasser les 4 millions ou 5 millions dans 10 ans ».

Soulignant que les Syriens vivent dans toutes les provinces et tous les districts du pays, le rapport précise que le pourcentage de personnes vivant dans les camps a diminué à 6,69%, Les Syriens sont devenus citoyens turcs.

« Certains ont commencé à travailler et à investir en Turquie. Face à cette situation, il n’est pas réaliste de produire des politiques comme si elles partaient demain. Si les Syriens se sentent en sécurité en Turquie, même si leurs revenus sont bas mais qu’ils ont un emploi, avoir un logement décent et des écoles où ils peuvent envoyer leurs enfants, il leur sera difficile de rentrer en Syrie même si la guerre est finie », poursuit le rapport.

Alors que certaines familles syriennes luttent pour leur survie à l’intérieur des frontières d’un pays déchiré par la guerre, d’autres risquent leur vie et celle de leurs proches en essayant d’atteindre l’, dans l’espoir de trouver de meilleures opportunités et une nouvelle maison. La Turquie accueille désormais plus de 3,5 millions de syriens qui ont fui la guerre et la persécution dans leur pays.

Soulignant qu’il est important d’élaborer des politiques permanentes et durables pour les Syriens vivant en Turquie, le rapport indique qu’un modèle de processus dynamique devrait être envisagé, en particulier pour les générations perdues, afin de garantir leur retour en toute sécurité. Le rapport suggère de créer un sous-secrétariat ou un département de coordination fort, qui relèverait directement du président afin d’éviter de futurs obstacles.

Il suggère notamment que la nouvelle agence diplomatique travaille en étroite coopération avec la Direction générale de la gestion des migrations (DGMM), la Présidence de la gestion des catastrophes et des situations d’urgence du ministère de l’Intérieur (AFAD), le Croissant-Rouge turc, le Sous-secrétaire à l’ordre public et à la sécurité. Il est également suggéré, dans le but d’apprendre le turc aux Syriens de tous âges, en particulier les enfants d’âge scolaire, que le ministère de l’Éducation, les universités, les institutions et organisations publiques coopèrent avec des organisations non gouvernementales pour veiller à la mise en œuvre de projets cruciaux le plus rapidement possible.

En raison du fait que les semblent s’installer en Turquie, le rapport suggère de définir les paramètres de langue arabe sur les sites web des gouvernements, affirmant en outre que l’utilisation de leur langue maternelle pourrait constituer un grand pas en avant dans le suivi des problèmes bureaucratiques. et l’intégration.

Tenant compte des réactions possibles de la société turque et afin d’éviter des tensions dans un avenir proche, l’institution a également recommandé que l’administration du développement du logement (TOKİ) coopère avec l’administration municipale pour construire de nouveaux logements sociaux à faible coût pour les réfugiés syriens.

Que pensez-vous de cet article ?

22



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action