FLASH INFO :

Le PM Yıldırım : La Grèce devient un « refuge sûr » pour les ennemis de la Turquie et les comploteurs du coup d’Etat

TURQUIE / INTERNATIONAL - Le Premier ministre Binali Yıldırım a averti vendredi que les ennemis de la Turquie voyaient la Grèce comme un refuge et que l’attitude du gouvernement grec vis-à-vis des individus ayant soutenu le coup d’Etat manqué du 15 juillet 2016 nuit aux relations entre les deux pays.


Yıldırım a déclaré aux journalistes qu’il était inacceptable que les personnes qui participaient au putsch avorté soient protégées par la , les relations entre et Athènes, voisins et alliés de l’OTAN ayant été tendues ces derniers mois.

Le ministère des Affaires étrangères a également fait écho au même sentiment, affirmant que la décision de libérer un soldat putschiste lié au groupe terroriste guléniste () démontre une fois de plus que la Grèce protège les comploteurs du coup d’Etat.

Jeudi, le Conseil d’Etat grec – le plus haut tribunal administratif de Grèce – a ordonné la libération de l’ex-soldat turc Süleyman Özkaynakçı sous contrôle judiciaire.

Dans une déclaration écrite, le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu’Özkaynakçı avait participé au coup d’Etat défait du 2016 en .

Le communiqué indique que la décision du tribunal a montré que les mesures nécessaires n’avaient pas été prises concernant un « traître » ayant participé à la tentative de coup d’Etat.

« Cela a montré une fois de plus que la Grèce est un pays qui protège les comploteurs du coup d’Etat », ajoute le communiqué.

La demande d’asile d’Özkaynakçı avait été acceptée en décembre 2017 par une commission d’asile indépendante, mais plus tard, le gouvernement grec a soulevé des objections.

Il a été libéré brièvement après avoir obtenu l’asile mais a été arrêté de nouveau après que le gouvernement a soulevé une objection au sujet de l’asile.

Le Conseil d’État devrait rendre une décision finale sur les demandes d’asile de tous les huit anciens soldats turcs le 4 mai.

Selon la loi grecque, la période maximale de détention est de 18 mois, qui expirera à la fin du mois de mai pour tous les comploteurs.

Les huit anciens militaires turcs avaient fui vers la Grèce un jour après le coup d’Etat turc de 2016. Ils sont accusés par les autorités turques d’être des comploteurs de coup d’État et des membres de FETÖ.

Le FETÖ et son leader basé aux États-Unis, , ont orchestré le coup d’État défait le 15 juillet 2016, faisant 250 morts et près de 2 200 blessés.

Ils sont actuellement détenus par les autorités grecques. L’affaire a été une question de discorde entre les deux pays.

La question a également été abordée lors de la visite historique du président en Grèce en 2017.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action