FLASH INFO :

Le PM Yıldırım exhorte la Grèce à éviter les tensions en mer Egée

TURQUIE / INTERNATIONAL - Un drapeau grec planté sur un îlot au large de la côte turque de Didim en mer Egée a été retiré, a déclaré lundi le Premier ministre Binali Yıldırım, appelant la Grèce à éviter les tensions croissantes.


Yıldırım a déclaré que la Grèce a récemment violé des îlots dans la mer Égée et a tenté de planter un drapeau sur l’un d’eux au large de Didim.

« Nos garde-côtes ont effectué l’intervention nécessaire et ont enlevé le drapeau », a déclaré le Premier ministre.

Yıldırım a conseillé à la Grèce d’éviter la provocation et les tensions dans le cadre des relations de voisinage.

« Nous nous attendons particulièrement à ce qu’ils sachent que nous n’abandonnerons pas les droits de souveraineté de notre pays », a déclaré Yıldırım, ajoutant que la Turquie est prête à donner la réponse nécessaire à de telles actions.

Le différend entre la Turquie et la Grèce sur les îlots inhabités de Kardak, situés entre la chaîne insulaire grecque du Dodécanèse et la côte continentale au sud-ouest de la Turquie, a amené les deux pays au bord du conflit armé en 1996.

La crise a été déclenchée lorsqu’un navire turc a fait naufrage vers les îlots le 25 décembre 1995. La Grèce a affirmé que l’accident avait eu lieu dans ses eaux territoriales, ce que la Turquie a nié, affirmant que les îlots appartenaient à la Turquie.

L’armée grecque a envoyé un soldat pour planter le drapeau grec sur un îlot à l’est, ce qui a entraîné le déploiement de troupes des deux pays autour des îlots.

La seule femme Premier ministre de la Turquie, Tansu Çiller, a déclaré à l’époque que la Turquie était prête pour une opération militaire et a envoyé des troupes dans l’îlot pour planter le drapeau turc.

Le contrôle des eaux territoriales dans la mer Égée demeure une question problématique entre les deux pays. Citant des traités bilatéraux et internationaux, la Turquie affirme que les deux pays ont des eaux territoriales et un espace aérien de 6 milles marins autour de leur continent et de leurs îles respectifs.

En revanche, citant le droit international, la Grèce veut augmenter ses eaux territoriales à 12 milles marins, ce qui laisserait pratiquement toute la mer Egée sous contrôle grec. Par une motion parlementaire en 1995, la Turquie a déclaré que si la Grèce devait étendre la frontière à 12 milles marins, ce serait considérée comme un casus belli (signifiant littéralement « occasion de guerre »).

Que pensez-vous de cet article ?

21



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX