FLASH INFO :

Le Pentagone déclare que le PKK et les YPG, partenaire des Etats-Unis en Syrie, partagent des liens

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - Le département de la Défense des États-Unis a reconnu jeudi qu’il y avait effectivement des liens entre le partenaire des Etats-Unis sur le terrain en Syrie, les YPG et le PKK, un groupe classé comme une organisation terroriste par les États-Unis.


« Nous comprenons les inquiétudes sécuritaires de la au sujet des liens entre le PKK et les , la Turquie est un allié clé de l’OTAN et nous continuerons à soutenir la Turquie dans ses priorités anti-terroristes, notamment sa », a déclaré Eric Pahon, dans un courriel, répondant à une question concernant les préoccupations du ministère turc des Affaires étrangères sur la récente formation en matière de sécurité des frontières, fournie aux Unités de protection du  peuple (YPG).

Le ministère a convoqué le chargé d’affaires américain Phil Kosnett mercredi à la suite d’un rapport de l’agence Anadolu selon lequel un groupe de 400 combattants des Forces démocratiques syriennes dirigées par les YPG a été formé en tant que garde-frontières. Le groupe, nommé comme « l’Armée du Nord » par le PKK, a reçu une formation technique ainsi qu’une formation militaire et un équipement de haute , selon le rapport.

Le commandant du Commandement central américain (CENTCOM), le général Joseph Votel, a annoncé le mois dernier qu’il établirait des forces frontalières en Syrie, ce qui, selon lui, aiderait à empêcher la réapparition de .

Pahon a refusé de fournir des détails sur la formation donnée à la soi-disant « Armée du Nord », mais a ajouté que le Pentagone assume la pleine responsabilité et la transparence avec le gouvernement turc sur l’aide accordée.

« Nous voulons rassurer le peuple et le gouvernement de la Turquie que les Etats-Unis sont engagés à prévenir les risques de sécurité supplémentaires et à protéger notre allié de l’OTAN », a déclaré Pahon.

La Turquie a souligné le fait que les Unités de protection du peuple, connues sous le nom de YPG, sont une branche du PKK en Syrie.

L’administration de l’ancien président Barack Obama avait décidé de ne pas reconnaître ce lien malgré la protestation turque, considérant les YPG comme la meilleure option contre Daech en Syrie.

Auparavant, en avril 2016, le sénateur Lindsey Graham avait forcé l’ancien secrétaire à la Ash Carter à accepter que le PKK et les YPG avaient des liens.

« Oui », a répondu l’ancien secrétaire Carter quand le sénateur Lindsey Graham a demandé s’il croyait que les syriens sont « alignés ou au moins ont des liens substantiels avec le PKK ».

Depuis lors, le Département d’Etat américain n’a pas désigné les YPG comme un groupe terroriste. En outre, le président Donald Trump a décidé, au printemps dernier, d’armer directement les YPG pour retirer Daech de la ville syrienne de .

 

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action