FLASH INFO :

Objets personnels d’Abdülhamid II en vente en France

ÉVÉNEMENTS - Pour la première fois depuis plus de vingt ans, des objets personnels ayant appartenu au 34ème sultan ottoman Abdülhamid II seront mis en vente le 17 février, offerts par des membres de la famille impériale dans le cadre d’une œuvre caritative.

Par David Bizet


Des objets convoités

La dernière fois que la presse s’était fait écho d’une d’objets ayant appartenu à celui que l’Occident appelait « le Sultan Rouge », c’était en 1998. A l’époque, le spécialiste du marché de l’art Drouot aux enchères trois sceaux impériaux, dont un en cristal de roche monté sur une monture en or et sur lequel était inscrit « Abd Al Hamid, fils du Ghazi », le signataire du sultan ainsi qu’une galerie d’une vingtaine de portraits de famille. A cette époque, le célèbre commissaire-priseur avait fixé comme enchère minimum 40.000 francs pour le tapis de prière du sultan, et 60.000 francs pour son nécessaire à écrire en bois réalisé par lui-même.

Il faut dire que depuis les années 90, il y a un réel engouement pour les objets d’art ottomans, plus particulièrement ceux de la période baroque. Avec le succès à l’international de la série Payitaht, l’intérêt pour celui qui est considéré dans le comme le dernier grand sultan n’a cessé de croître, d’autant plus qu’il s’agit d’objets rares, et pour cause, la majeure partie des objets précieux d’Abdülhamid ont été revendus par les nationalistes du Comité Union et Progrès après qu’ils l’ont destitué. Ainsi en 1911, toujours dans les salles du commissaire-priseur Drouot, plus d’une centaine de diamants et autres bijoux ont été vendus.

Les reste des objets personnels du sultan ont été emportés par ses descendants contraints à l’exil avec l’avènement de la République et l’abolition du , et plusieurs lots ont été vendus entre 1996 et 1998.

Financer une oeuvre caritative

Si Orhan Osmanoğlu, arrière-arrière-petit fils d’Abdülhamid et par ailleurs troisième dans l’ordre de succession du Hanedan, se sépare aujourd’hui de ces objets de grande provenance, c’est pour financer le projet de Grande Eyyûb Sultan de Strasbourg duquel il est membre. Ainsi, la page officielle de la a indiqué que parmi les objets ouverts à la vente figurait un tapis de prière issu la fabrique de Hereke offert par Abdülhamid à son épouse Müsfikâ Kadın. D’autres objets ayant appartenu au sultan seraient mis en vente, comme un chapelet et une loupe. L’association confirme que d’autres objets ayant appartenu à d’autres sultans sont prévus, mais n’a pas encore communiqué sur leur nature.

Les responsables de la mosquée n’ont pour l’heure communiqué aucune estimation ou mise à prix, mais précise que l’intégralité des montants récoltés servira à financer les travaux de la mosquée qui sera, une fois terminée, la plus grande mosquée d’ continentale avec ses 16.000 m² et sa coupole de 29 mètres de haut.

Une vente inédite

L’aspect le plus original de cette vente aux enchères est qu’elle sera accessible à tous. Contrairement aux dernières ventes qui se sont déroulées dans des salles où seuls quelques acheteurs pouvaient prendre place, celle-ci sera pour la première fois, retransmise à la télévision, plus précisément sur les chaînes turques Kanal 7 et Kanal Avrupa. Cette retransmission permettra d’élargir le cercle des acquéreurs potentiels.

Avec cette vente, le qui a tant œuvré pour la construction de mosquées, d’une certaine manière finance des mosquées même après sa mort.

Que pensez-vous de cet article ?

122



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action