FLASH INFO :

La nouvelle grippe porcine en Chine porte tous les signes d’une pandémie, avertissent les scientifiques

DOSSIER / CORONAVIRUS - Des scientifiques chinois ont détecté un nouveau type de grippe porcine qui pourrait devenir une pandémie, selon une étude publiée lundi dans la revue scientifique américaine de l’Académie nationale des sciences.


Selon une étude, le nouveau type de nommé G4 affectant les porcs peut également infecter l’homme, des chercheurs l’ayant identifié comme étant génétiquement de la même branche que la souche H1N1, qui a provoqué une en 2009.

Les auteurs de l’étude ont souligné que la grippe avait « toutes les caractéristiques favorisant une adaptation à une infection humaine », et nécessitait une surveillance étroite.

Des scientifiques des universités chinoises et du Centre de Contrôle et de Prévention des maladies ont identifié le nouveau après avoir prélevé 30.000 écouvillons nasaux de porcs dans des abattoirs de 10 provinces chinoises entre 2011 et 2018, ce qui leur a permis d’isoler 179 de la grippe porcine, dont la nouvelle souche qui prédomine chez les porcs depuis 2016.

Diverses expériences ont été menées depuis, y compris sur des furets, ces derniers éprouvant des symptômes similaires à ceux des êtres humains, tels que fièvre, toux et éternuements.

La nouvelle souche de G4 s’est révélée hautement infectieuse, se répliquant dans les cellules humaines et créant des symptômes plus graves chez les furets que les autres virus.

De plus, les auteurs de l’étude ont identifié que l’immunité acquise par les humains pendant la grippe saisonnière ne protégeait pas contre le G4.

Des analyses de sang ont montré que 10,4% des travailleurs porcins avaient déjà été infectés. Environ 4,4% de la population générale semblent également avoir été exposée.

Les chercheurs ont découvert que le virus pouvait passer des à l’homme, mais on ne sait pas s’il peut être transmis de l’homme à l’homme.

James Wood, chef du Département de médecine vétérinaire de l’ de Cambridge, a déclaré que « ces recherches sont un rappel salutaire que nous sommes constamment menacés par une nouvelle émergence d’agents pathogènes zoologiques et les animaux d’élevage, avec lesquels les humains sont en contact, peuvent constituer la source d’importants virus pandémiques ».

« A l’heure actuelle, nous sommes préoccupés par le et à juste titre. Mais nous ne devons pas perdre de vue de nouveaux virus potentiellement dangereux », a déclaré à la BBC le professeur Kin-Chow Chang, de l’Université de Nottingham.

Chang a appelé à ne pas ignorer le nouveau virus, même s’il ne s’agit pas d’un problème immédiat.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré mardi qu’elle « lirait attentivement » une étude chinoise concernant un nouveau virus de la grippe trouvé chez les porcs.

« Nous lirons attentivement le document, afin de bien comprendre la situation », a déclaré Christian Lindmeier de l’ lors d’une réunion d’information à Genève, affirmant qu’il était important de collaborer sur les résultats et de garder un œil sur les populations animales.

« Cela souligne également que nous ne pouvons pas baisser la garde contre la grippe, que nous devons être vigilants et continuer la surveillance, même durant la pandémie de coronavirus », a-t-il ajouté.

Que pensez-vous de cet article ?

11



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action