FLASH INFO :

Le nombre de migrants diminue à la frontière turco-grecque

TURQUIE / IMMIGRATION - Le nombre de migrants essayant de traverser la frontière entre la Turquie et la Grèce a considérablement diminué en raison de la crise du coronavirus, mais certains refusent d’abandonner leurs tentatives de rejoindre les pays de l’UE.


Beaucoup moins de migrants sont désormais présents à la frontière turco-grecque et certains sont repartis dans les villes turques où ils étaient auparavant hébergés, ont rapporté les médias.

Les migrants ont afflué vers les zones frontalières ainsi que vers les ports maritimes après que le président turc a annoncé le mois dernier qu’ ne les empêcherait pas de traverser la frontière à la suite des lourdes pertes subies par le pays lors d’un bombardement du régime .

Certains sources ont rapporté mercredi que le nombre de migrants dans les zones frontalières est tombé à environ 2 000.

Cependant, les tensions continuent à exploser et les gardes-frontières grecs ont utilisé des lacrymogènes mercredi lors d’un affrontement alors que quelque 500 migrants tentaient de traverser la frontière.

La visite du président à Bruxelles la semaine dernière pour une réunion avec les dirigeants de l’ et une vidéoconférence avec la chancelière allemande Angela , le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est terminée mardi sans solution globale pour la crise des migrants.

Le journaliste et politologue basé à , Sezin Öney, a laissé entendre que la question des migrants avait été éclipsée par les efforts de lutte contre la propagation du coronavirus.

« La a demandé une aide financière et un voyage sans visa à ses citoyens dans l’espace Schengen en échange de l’arrêt de l’afflux des migrants, mais il semble que la n’ait pas obtenu ce qu’elle voulait. De plus, il n’est pas possible de s’attendre à un tel développement en ces temps puisque l’UE est en pleine crise de l’épidémie de coronavirus », a déclaré Öney.

« Personne dans l’UE ne se soucie désormais de la Turquie ou des migrants à la frontière turco-grecque », a ajouté Öney.

Selon les médias turcs, les migrants ont commencé à quitter les zones frontalières et la Turquie les a renvoyés dans des bus vers les lieux où ils étaient initialement enregistrés.

Cependant, certains des migrants ne veulent pas abandonner leurs efforts pour entrer en .

« Les migrants ne savent pas quoi faire, où aller. Ils sont venus dans les zones frontalières en laissant tout derrière eux. Le logement et l’emploi seront leurs principaux problèmes lorsqu’ils quitteront les zones frontalières », a déclaré Öney.

La Turquie accueille actuellement plus de 3,7 millions de réfugiés et de migrants, principalement des pays du Moyen-Orient, et reproche à l’UE de ne pas tenir les promesses convenues dans un accord de 2016 qui impliquait que Bruxelles donne six milliards d’euros à Ankara en échange de la réduction du flux de migrants vers l’.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action