FLASH INFO :

« Je ne peux pas respirer » étaient les derniers mots de Khashoggi, selon CNN

TURQUIE / INTERNATIONAL - « Je ne peux pas respirer » sont les derniers mots d’un éditorialiste du Washington Post tué par des agents saoudiens au consulat d’Istanbul à Riyadh, selon un rapport de CNN publié le 9 décembre.


CNN a rapporté les derniers mots de , citant une source informée de son assassinat. Cette source avait lu une transcription écrite de l’assassinat de le 2 octobre.

L’individu non identifié a insisté sur le fait que le meurtre n’était pas compatible avec le fait que Khashoggi avait été tué à la suite d’une « dispute » qui aurait mal tourné – explication donnée par l’ après avoir raconté sa disparition à plusieurs reprises.

La source a déclaré que Khashoggi avait du mal à vaincre un groupe de personnes au consulat qui étaient déterminées à le tuer.

« Je ne peux pas respirer », a déclaré Khashoggi.

« Je ne peux pas respirer. »

« Je ne peux pas respirer. »

Khashoggi, ressortissant saoudien et résident américain, s’était rendu au consulat saoudien à pour chercher des papiers qui lui auraient permis d’épouser sa fiancée turque. Mais la source a déclaré que la transcription indiquait qu’il savait presque immédiatement après son arrivée que tout allait bien, reconnaissant l’un des hommes qui l’ont rencontré à l’intérieur.

« Vous revenez », dit l’homme.

« Vous ne pouvez pas faire ça », répond Khashoggi. « Les gens attendent dehors. »

Il faisait probablement allusion à Hatice Cengiz, sa fiancée qui attendait à proximité avec pour instructions d’appeler des amis s’il ne se présentait pas.

La source a ajouté que la transcription mentionnait la scie utilisée par les agents saoudiens pour démembrer le corps de Khashoggi, tandis que les auteurs présumés avaient été priés d’écouter de la musique pour éviter les bruits de démembrement humain.

Après que Khashoggi a dit qu’il ne pouvait pas respirer, la transcription note des cris supplémentaires et mentionne qu’il était « scié » et « coupé ».

Salah Mohammed Al-Tubaigy est l’un des Saoudiens identifiés dans la transcription par les autorités turques.

Salah Mohammed Al-Tubaigy est un médecin légiste saoudien. Il aurait dit au groupe d’individus de mettre des écouteurs « ou d’écouter de la musique comme lui » pour éviter la tâche macabre dont ils étaient chargés.

La publication de ces nouvelles informations intervient alors que le président américain Donald et ses hauts fonctionnaires continuent d’écarter le prince héritier saoudien Mohammed du meurtre de Khashoggi, malgré les appels bipartites du Congrès à la responsabilité du dirigeant saoudien.

Trump avait rejeté l’évaluation de la CIA selon laquelle ben Salmane aurait personnellement tué Khashoggi.

Le bureau d’un sénateur américain qui a été informé des conclusions par la directrice de la CIA, Gina Haspel, a déclaré que le compte-rendu transmis à CNN était conforme à celui-ci.

Outre Al-Tubaigy et Khashoggi, le compte-rendu n’indique qu’explicitement Maher Abdulaziz Mutreb, ancien diplomate et actuel responsable des services de renseignement proche de ben Salmane.

Mutreb a passé de nombreux appels à un individu inconnu à .

Une source proche de l’enquête de l’Arabie saoudite sur le meurtre de Khashoggi a déclaré que Mutreb et al-Tubaiqi nient avoir passé un appel.

Les deux individus auraient déjà fait partie d’une « équipe de frappe » saoudienne envoyée en pour tuer Khashoggi.

Que pensez-vous de cet article ?

3



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action