FLASH INFO :

Le MAE turc : le rapport américain sur les droits de l’homme basé sur des sources terroristes ignore la lutte contre FETÖ

TURQUIE / ÉTATS-UNIS - La Turquie a critiqué dimanche le rapport des droits de l’homme du Département d’Etat américain pour avoir privilégié les points de vue de sources liées au terrorisme et ignoré les faits.


La est « profondément déçue » par le , a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué sur le annuel, publié vendredi.

« Le présent rapport est basé sur une compréhension lointaine de la responsabilité en présentant les allégations et les accusations de cercles liés au comme réels », a-t-il ajouté.

Le rapport « est rempli d’allégations et de revendications dans la section concernant notre pays qui ne peuvent être acceptées », a déclaré le ministère.

Il a souligné que, malgré son intense lutte contre les menaces terroristes sérieuses et multiformes, la Turquie continue de respecter les principes de la démocratie, des droits de l’homme et de l’Etat de droit.

Le rapport décrit les mesures prises par la Turquie dans le cadre de sa lutte juste et légitime contre des groupes terroristes tels que Daech, le PKK, le Parti de l’union démocratique () et les Unités de protection du peuple (), le groupe terroriste guléniste (), et le Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C) d’une manière biaisée qui ne correspond pas aux faits.

Selon le communiqué, le rapport ignore la lutte de la Turquie contre « le groupe terroriste radical FETÖ » ou le groupe terroriste guléniste à l’origine de la tentative de coup d’Etat de 2016, qui a été déjoué, ajoutant:

« Ce n’est pas une coïncidence si un tel rapport, qui répète les paroles des groupes liés au terrorisme et qui décrit la comme un « conflit interne » est écrit dans un pays où vit le meneur du FETÖ ».

FETÖ et son leader basé aux États-Unis, Fethullah , ont orchestré le coup d’Etat du 2016, qui a fait 250 morts et près de 2 200 blessés.

La Turquie s’est plainte que Washington n’ait pas donné suite à sa demande d’extradition pour Gülen, qui vit en Pennsylvanie.

« En outre, nous conseillons aux pays qui accusent notre pays de réclamations injustes d’arrêter d’abord les violations systématiques des droits de l’homme contre leurs propres citoyens », a indiqué le communiqué du ministère.

Il a ajouté que la lutte de la Turquie contre le terrorisme se poursuivrait résolument et que les efforts visant à renforcer les droits fondamentaux et la liberté se poursuivraient sans relâche.

Que pensez-vous de cet article ?

1



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action