FLASH INFO :

Le MAE saoudien déclare que les assassins de Khashoggi seront poursuivis dans le royaume

TURQUIE / INTERNATIONAL - L’Arabie saoudite poursuivra les suspects dans le meurtre de l’éminent journaliste Jamal Khashoggi, a annoncé samedi le ministre des Affaires étrangères du Royaume, Adel ben Ahmed al-Joubeir, à la suite de l’appel de la Turquie à leur extradition.


“Sur la question de l’extradition, il s’agit de ressortissants saoudiens. Ils sont détenus en Arabie saoudite. L’enquête se déroule en Arabie saoudite et ils feront l’objet de poursuites en Arabie saoudite”, a déclaré M. Jubeir lors d’un forum régional de la défense dans la capitale bahreïnienne.

Les commentaires de Jubeir interviennent au lendemain de l’appel du président Recep Tayyip Erdoğan à l’extradition de 18 ressortissants saoudiens impliqués dans le meurtre de Khashoggi, un critique du gouvernement saoudien tué au consulat de son pays à Istanbul ce mois-ci.

Après avoir nié avoir appris où se trouvait Khashoggi pendant près de trois semaines, Riyad a reconnu que le meurtre de Khashoggi avait été “prémédité”, mais a nié l’implication du puissant prince héritier du royaume, Mohammed ben Salmane.

S’exprimant sur le scepticisme croissant suscité par l’implication du royaume dans l’assassinat, M. Jubeir a déclaré que le tollé général et l’attention des médias contre l’assassinat de Khashoggi au début du mois étaient devenus “hystériques”, invitant le public à attendre les résultats d’une enquête avant d’attribuer le responsable aux plus hauts dirigeants du royaume.

“Ce problème est devenu assez hystérique”, a déclaré Jubeir. “Je pense que les gens blâment l’Arabie saoudite avec une grande certitude avant la fin de l’enquête.”

“Nous allons surmonter cela”, a déclaré Jubeir au forum de la défense.

M. Jubeir a déclaré que le problème faisait l’objet d’une enquête approfondie, ajoutant : “Nous saurons la vérité. Nous poursuivrons les responsables. Et nous mettrons en place des mécanismes pour que cela ne se reproduise plus”.

Mais il a averti que “les enquêtes prennent du temps”.

Autrefois un initié dans les cercles royaux saoudiens, Khashoggi a perdu la faveur de la monarchie après que Mohammed ben Salmane a été nommé héritier du trône l’année dernière.

Le chroniqueur s’est ensuite exilé aux États-Unis, où il a écrit une chronique pour le Washington Post, souvent critique à l’égard du prince héritier.

Khashoggi a été vu pour la dernière fois dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre, afin de compléter les documents nécessaires à son mariage avec sa fiancée turque, Hatice Cengiz.

La Turquie allègue qu’un groupe de 15 membres a été envoyé à Istanbul pour tuer le journaliste, ancien initié saoudien devenu critique au sujet du prince héritier Mohammed dans les colonnes du Washington Post. Erdoğan a déclaré que les trois autres personnes du groupe des 18 qui ont été arrêtées en Arabie Saoudite étaient des employés du consulat.

Cinq responsables saoudiens, dont deux qui travaillaient directement sous le prince héritier, ont été démis de leurs fonctions. Le roi Salmane a chargé son fils, le prince héritier, de superviser la restructuration des services de renseignement du royaume à la suite du meurtre.

Erdoğan a déclaré vendredi que la Turquie révélerait davantage de preuves sur le meurtre mais ne s’y est pas précipité, indiquant que les autorités turques augmenteraient méthodiquement la pression sur l’Arabie saoudite, alors même que le royaume prononçait des déclarations contradictoires dans une tentative vaine et souvent maladroite de mettre fin au conflit.

Le procureur général saoudien arrivera en Turquie dimanche dans le cadre de l’enquête et rencontrera ses homologues turcs, selon Erdoğan.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX