FLASH INFO :

Libye : Les négociations de paix se terminent sans parvenir à un cessez-le-feu

INTERNATIONAL - Les pourparlers de paix parrainés par l’ONU entre le gouvernement libyen d’union nationale (GNA) internationalement reconnu et le général putschiste Khalifa Haftar cette semaine se sont achevés samedi sans parvenir à un cessez-le-feu, tandis que l’ONU a proposé un deuxième cycle de négociations pour le 18 février.


Après qu’aucun accord n’a été conclu au premier tour, l’ONU a déclaré à Genève : « Alors que les deux parties ont convenu de la nécessité de poursuivre les négociations afin de parvenir à un accord de cessez-le-feu global, la (mission des ) a proposé le 18 février 2020, comme date d’un nouveau cycle de pourparlers ».

La première série de pourparlers de la Commission militaire mixte (CMM) libyenne 5 + 5, qui avait débuté le lundi 3 février, s’est terminée cet après-midi au Palais des Nations (Genève) en présence du représentant spécial de l’ONU en Libye, Ghassan Salame, a déclaré samedi l’ONU.

Alors que l’ONU a annoncé qu ‘ »il n’était pas possible de parvenir à un accord sur les moyens optimaux de rétablir la normalité dans les zones touchées par le conflit », elle a également rappelé l’importance de maintenir la trêve annoncée le 12 janvier de cette année et de s’abstenir de la violer.

Les combats se sont poursuivis sur le terrain malgré un appel à la trêve de la Turquie et de la Russie à partir du 12 janvier et un sommet sur la Libye à Berlin le 19 janvier visant à réduire l’ingérence internationale.

Il y a trois pistes déterminées dans l’application des conclusions de la du 19 janvier. La première est la piste militaire, qui a réuni cinq officiers supérieurs de la soi-disant Armée nationale libyenne de Haftar et cinq représentants du internationalement reconnu. La deuxième piste, qui est la piste économique et financière, se tiendra au Caire le 9 février tandis que la troisième piste débutera le 26 février.

Malgré les efforts pour un accord de paix dans ce pays ravagé par la guerre, les forces fidèles à Haftar ont continué de blesser et de tuer des civils tandis que la dernière de la semaine dernière en a tué trois, dont deux enfants.

L’ambassade américaine en Libye met en garde contre des affrontements imminents

Pendant ce temps, l’ambassade des États-Unis en Libye a mis en garde contre une attaque « imminente » et de nouveaux assauts militaires dans le pays, affirmant que les parties belligérantes se préparaient à des mesures militaires.

L’ambassadeur des États-Unis à , Richard Norland, a déclaré que son ambassade avait noté avec préoccupation des informations crédibles selon lesquelles des actions militaires importantes étaient envisagées par des forces affiliées à la fois au GNA et à Haftar, avertissant de nouveaux affrontements dans un proche avenir.

« Qu’elles soient offensantes ou préventives, de telles actions violeraient les accords conclus à Berlin », a déclaré samedi l’ambassade dans un communiqué.

Il a également appelé les parties et leurs partisans extérieurs à examiner attentivement les risques inhérents à de telles actions et à redoubler de soutien au dialogue sur la sécurité facilité par les Nations Unies qui se réunit à Genève afin de convenir d’un cessez-le-feu durable.

Depuis l’éviction du défunt souverain Moammar Kadhafi en 2011, deux sièges au pouvoir ont vu le jour en Libye : l’un dans l’est de la Libye, soutenu principalement par l’Égypte et les Émirats arabes unis et l’autre à Tripoli, qui jouit d’une reconnaissance internationale et de l’ONU.

Que pensez-vous de cet article ?

3



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action