FLASH INFO :

L’Arménie tue 1 civil et fait 4 blessés lors d’attaques de missiles contre Ganja, 2ème plus grande ville d’Azerbaïdjan

INTERNATIONAL - Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a déclaré dimanche qu’un civil avait été tué et quatre autres blessés dans une attaque de missiles arméniens sur Ganja, alors que les combats s’intensifiaient dans la région contestée du Haut-Karabakh.


Dans des déclarations publiées sur son site Web, le ministère azerbaïdjanais de la Défense a déclaré que Ganja, ville de plus de 330.000 habitants dans l’ouest du pays, et plusieurs autres zones civiles étaient sous le feu des roquettes et des bombardements.

« Des attaques de aveugles sont lancées contre les villes de Ganja, Füzuli, et Jabrayil en depuis le territoire de l’. Ganja est la deuxième plus grande ville d’Azerbaïdjan. Plus de 500.000 habitants », a déclaré le porte-parole du président Ilham Aliyev, Hikmet Hajiyev, dans un tweet.

« L’Arménie en tant qu’Etat, la direction politico-militaire insensée de l’Arménie reste une source de menace imminente pour la paix et la régionales. L’Azerbaïdjan continuera à défendre ses citoyens », a-t-il ajouté.

« L’Azerbaïdjan détruira les cibles militaires en Arménie à partir desquelles l’Arménie tire sur les villes azerbaïdjanaises », a déclaré plus tard Hajiyev.

L’Arménie a démenti avoir tiré sur l’Azerbaïdjan, mais le chef de la prétendue «République d’Artsakh» au Haut-Karabakh a déclaré que ses forces avaient détruit une base aérienne militaire située à Ganja.

« Les unités militaires permanentes situées dans les grandes villes d’Azerbaïdjan deviennent désormais la cible de l’armée de défense », a déclaré Arayik Harutyunyan, chef de l’État mandataire non reconnu mis en place par l’Arménie sur le territoire azerbaïdjanais illégalement occupé.

Les autorités azerbaïdjanaises ont déclaré plus tôt le même jour qu’elles avaient pris des «mesures de rétorsion» après les tirs de roquettes des séparatistes arméniens à Stepanakert (Khankendi) du Haut-Karabakh.

A Stepanakert, une équipe de l’Agence -Presse (AFP) sur le terrain a signalé plusieurs explosions.

Les affrontements entre les militants séparatistes arméniens et les forces armées azerbaïdjanaises se sont livrés à de violents affrontements la veille alors que les combats dans la région du Haut-Karabakh illégalement occupée s’intensifiaient, l’Arménie faisant état de lourdes pertes et son chef affirmant être confronté à une «menace historique».

Le ministère de la Défense d’Erevan a affirmé que les séparatistes du Karabakh avaient repoussé une « massive» de l’Azerbaïdjan, sept jours après que les combats aient de nouveau éclaté dans le conflit vieux de plusieurs décennies dans la région.

L’Arménie a également annoncé la mort de 51 autres combattants séparatistes, portant le nombre de morts des deux côtés à plus de 240.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a quant à lui déclaré que ses forces armées avaient « pris de nouvelles positions »; le président Aliyev, lui, avait précédemment annoncé que ses forces avaient pris le village de , un hameau stratégique à portée de tir d’une importante route du nord.

Aliyev a déclaré dans une interview télévisée que les Arméniens devaient se retirer des zones illégalement occupées avant que les derniers combats ne puissent cesser.

Les affrontements ont éclaté le 27 septembre et les appels internationaux à l’arrêt des hostilités sont restés sans réponse, l’Arménie poursuivant ses attaques contre les civils et les forces azerbaïdjanaises, qui sont les propriétaires légitimes de la région du Haut-Karabakh occupée illégalement, comme le reconnaissent tous les États membres de Nations Unies, ainsi que l’ elle-même.

Des affrontements aux frontières ont éclaté dimanche dernier lorsque les forces arméniennes ont pris pour cible des colonies de peuplement civiles et des positions militaires azerbaïdjanaises, faisant des victimes. Le parlement azerbaïdjanais a déclaré l’état de guerre dans certaines de ses villes et régions à la suite des violations des frontières et des attaques de l’Arménie au Haut-Karabakh.

Lundi, l’Azerbaïdjan a déclaré une mobilisation militaire partielle au milieu des affrontements.

Les relations entre les deux anciens pays soviétiques sont tendues depuis 1991 lorsque l’armée arménienne a occupé le Haut-Karabakh. Quatre résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et deux résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies, ainsi que de nombreuses organisations internationales, ont exigé le des forces d’occupation.

Que pensez-vous de cet article ?

32



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action