FLASH INFO :

L’armée turque mène sa septième patrouille à Manbij en Syrie

TURQUIE / LUTTE CONTRE LE TERRORISME - Après le départ de la filiale syrienne du PKK, les Unités de Protection du Peuple (YPG) de la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, dans le cadre d’un accord conclu entre la Turquie et les Etats-Unis, les militaires turcs ont achevé dimanche leur septième patrouille dans la province.


Selon la feuille de route convenue entre la Turquie et les États-Unis, les YPG commenceront à quitter la région de Manbij à compter du 4 juillet.

Sur son compte Twitter, l’Etat-major turc a déclaré que les forces des deux pays ont mené des patrouilles coordonnées séparées dans la zone située entre la région de l’opération Bouclier de l’Euphrate et Manbij.

Les premières patrouilles des troupes turques et américaines dans la région ont commencé le 18 juin.

L’accord de Manbij, qui a été conclu entre la Turquie et les États-Unis, se concentre sur le retrait de l’organisation terroriste YPG de la ville du nord de la Syrie afin de stabiliser la région.

Auparavant, le soutien militaire américain au groupe terroriste YPG à Manbij a tendu les liens entre Ankara et Washington et a fait craindre des affrontements militaires entre les deux alliés de l ‘OTAN puisque près de 2 000 soldats américains étaient déployés dans la ville.

Cependant, une feuille de route de Manbij a été annoncée après une réunion à Washington entre le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu et le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo début juin.

Si le modèle de Manbij s’avère être un succès, la Turquie fera pression pour un arrangement similaire dans l’est de la Syrie afin d’éliminer les éléments terroristes qui ont des affiliations majeures avec le PKK.

Formé en 1978, le groupe terroriste PKK lutte contre le gouvernement turc pour un Etat indépendant. Sa campagne terroriste a causé la mort de plus de 40 000 personnes. Le PKK est répertorié comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne.

Le PKK a repris sa campagne vieille de plusieurs décennies en juillet 2015 après l’effondrement d’un cessez-le-feu de trois ans. Depuis lors, plus de 1 200 personnes, dont des membres des forces de sécurité et des civils, ont perdu la vie dans les attaques du PKK.

Le but ultime des YPG est d’établir une région autonome dans le nord de la Syrie en reliant le canton d’Afrin au nord-ouest aux régions de Kobané et de Jazeera au nord-est. Ainsi, la Turquie a exprimé que la présence de forces terroristes près de sa frontière constitue une menace et a lancé des opérations militaires et d’autres efforts pour débarrasser la région des terroristes.

Lancée le 24 août dernier, l’ppération Bouclier de l’Euphrate était initialement destinée à libérer la frontière de la menace terroriste de Daech et des YPG. En ce qui concerne l’opération, Ankara a déclaré que c’était un acte de défense puisque ses cités et ses villes étaient constamment attaquées par Daech et les YPG, et c’est pourquoi ils devraient être chassés de la frontière.

Ayant atteint son but avec succès, la Turquie a réussi à forcer les YPG à se retirer à l’est de l’Euphrate tout en nettoyant complètement la Syrie du nord de Daech.

Le 20 janvier, la Turquie a lancé une autre opération, l’opération Rameau d’Olivier, pour retirer les terroristes de YPG et de Daech de la province d’Afrin, dans le nord de la Syrie. Le 18 mars, le 58e jour de l’opération, les troupes turques et les membres de l’Armée syrienne libre (ASL) ont libéré la ville d’Afrin.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX