FLASH INFO :

L’armée arménienne attaque des journalistes azerbaïdjanais à Tartar

INTERNATIONAL - L’armée arménienne a pris pour cible des journalistes azerbaïdjanais faisant état d’attaques contre des civils dans la ville de Tartar, a rapporté mardi l’Agence Anadolu.


Elnur Tofig, correspondant de guerre de la télévision d’Etat azerbaïdjanaise, a déclaré qu’ils enregistraient des séquences vidéo d’une école touchée par l’armée arménienne dans le village de Duverli lors de l’attaque.

Il a noté que les bombardements avaient provoqué l’effondrement du plafond de l’école sur eux.

«Nous avons immédiatement quitté le bâtiment de l’école, mais d’autres obus sont tombés près de la zone où notre véhicule était garé », a déclaré Tofig, ajoutant qu’une autre s’était produite alors qu’ils tentaient d’atteindre le véhicule. Le conducteur du véhicule et un autre civil ont été blessés lors de l’attaque.

Suite à l’attaque, les journalistes sont retournés au centre-ville de avec les blessés.

«Heureusement, nous allons bien. Nous mentionnons toujours les attaques visant des civils et des lieux, mais aujourd’hui, c’est nous qui sommes devenus des informations, que nous avons rapportées au fur et à mesure », a déclaré Tofig.

Le journaliste azerbaïdjanais a ajouté qu’ils n’avaient pas été dissuadés, et qu’ils continueraient de rapporter les attaques arméniennes contre des civils.

L’armée arménienne a violé un cessez-le-feu récemment établi en menant des attaques contre des villes azerbaïdjanaises, notamment Tartar et Ganja.

Les autorités azerbaïdjanaises ont noté que 43 civils avaient été tués et 206 blessés entre le 27 septembre et le 14 octobre.

La dernière explosion entre les pays voisins a commencé le 27 septembre et a fait des centaines de morts dans la plus grande escalade du Haut-Karabakh. Le conflit a duré des décennies, depuis la fin d’une guerre séparatiste en 1994, la région appartenant à l’Azerbaïdjan mais sous le contrôle des forces ethniques arméniennes soutenues par Erevan.

Quatre résolutions du Conseil de des et deux résolutions de l’Assemblée générale des (AGNU), ainsi que de nombreuses organisations internationales, exigent le des forces d’occupation.

Le groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe – coprésidé par la France, la et les États-Unis – a été créé en 1992 pour trouver une solution pacifique au conflit, mais en vain. Un cessez-le-feu a cependant été conclu en 1994.

De nombreuses puissances mondiales, dont la Russie, la France et les États-Unis, ont appelé à un nouveau cessez-le-feu.

La Turquie, quant à elle, a soutenu le droit de Bakou à la légitime défense et a exigé le retrait des forces arméniennes d’occupation.

Que pensez-vous de cet article ?

5



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action